12. LE SALUT EN CHRIST ET LA QUESTION DE LA SÉCURITÉ ÉTERNELLE DU CROYANT [Chapitre 12].

Filed under BALTATZIS - FRANCAIS, FRANCAIS

Chapitre 12 Suite du Chapitre 11

 “Paroles enseignées par l’Esprit” (1Cor.2:13)

Un ministère par courriel pour la Gloire de Dieu.

 Une série d’études bibliques sur

LE SALUT EN CHRIST ET LA QUESTION DE LA SÉCURITÉ ÉTERNELLE DU CROYANT

 PARTIE B’ : Quel croyant risque de perdre son salut… (#3)

ΜΠΑΛΤΑΤΖΗΣ-Σειρά Βιβλικών μελετών (12).

DANGERS DE PERDRE SON SALUT : « ’Etudes  de Cas’ »

 

Maintenant nous examinerons certains autres cas :

 

8. Exemples de « croyants » qui ont apparemment perdu leur salut

Il ne faut pas oublier que même dans l’église du premier siècle, il y avait des gens comme Démas (2Tim.4:10), Ananias et Sapphira  (Ac.5:1) ! Examinons ces deux exemples :

  • Croyez-vous que Démas, l’un de collaborateurs de Paul, n’était pas un croyant ? Voici ce que la Bible dit au sujet de Démas : « car Démas m’a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique; … » (2Tim.4:10). Pouvons-nous dire qu’il avait donné tout son cœur à Dieu tout en aimant ce siècle présent ? Nous concluons, par conséquent, qu’il n’était pas des nôtres : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres » (1Jean 2:19). Son cœur était-il droit ? Si son cœur était droit, Dieu ne l’aurait-il pas pris sous Sa protection ? « Mon bouclier est en Dieu, qui sauve ceux dont le cœur est droit » (Ps.7:10) ! Avons-nous jamais lu ce qui est écrit dans le Psaume 145:20, que « L’Éternel garde tous ceux qui l’aiment… » ?

 

Démas était un croyant et il œuvrait ensemble avec Paul dans l’œuvre de Dieu ! Il savait probablement que le temps du départ de Paul s’approchait et qu’il allait mourir comme un martyre (2Tim.6:6). Démas a fait ce qu’il a fait, probablement soit parce qu’il craignait qu’il allait perdre sa vie et de mourir comme un martyre lui aussi, soit à cause « des soucis du siècle, et la tromperie des richesses, et les convoitises à l’égard des autres choses, ayant entrés, ont étouffé la parole, et elle était sans fruit » (Marc 4:19). Nous ne connaissons pas la cause réelle mais la question peut être posée sans hésitation : Aimait-t-il Dieu de tout son cœur ? Avait-il vraiment décidé de prendre sa croix et suivre Christ ? Avait-il présenté son être tout entier comme un sacrifice vivant à Dieu ? Était-il un homme d’un esprit et d’un seul but de servir la volonté de Dieu ? Son cœur était-il pur alors que dans son être intérieur il y avait un désir caché pour le monde ? N’était-il pas infecté par l’amour de ce monde (2Tim.4:10) ? N’était-il pas pourtant considéré comme un vrai « chrétien » puisqu’il avait été l’un des collaborateurs de Paul ? Était-il vraiment sauvé ?

 

Quelqu’un pourrait formuler l’objection ou l’hypothèse que nous n’avons pas le droit de croire que Démas ait finalement perdu son salut, bien que la manière dont Paul a écrit ne nous donne pas de marges de spéculations. Cette objection/supposition est basée sur le fait que nous, en tant qu’être humains, ne connaissons pas le cœur de l’homme et son avenir. Par conséquent, Démas, avant sa mort, même au dernier instant de sa vie, aurait pu sincèrement regretter son acte, se serait sincèrement repenti et ait été sauvé.

 

Peut-être qu’un autre dirait qu’il s’est produit exactement ce qui s’était produit dans le cas de Jean surnommé Marc, que Paul n’avait pas pensé bon de le prendre avec eux, parce qu’il les avait quittés et n’était pas allé avec eux à la mission tandis que Barnabas avait bien  voulu. Cependant les cas de Démas et de Marc n’avaient pas la même motivation. Finalement, Marc, après quelque temps est devenu l’associé de Paul, car fort probablement il avait changé d’attitude (Col.4:10, 2Tim.4:11, Philm.1:24).

Quelle est l’avis du lecteur ?

 

  • Qu’en est-il des croyants Ananias et Sapphira ? Qu’est-ce qui était caché dans leur cœur ? Auraient-ils fait ce qu’ils ont fait s’ils aimaient Dieu de tout leur cœur, s’ils étaient entrés par la porte étroite, s’ils avaient pris leur croix et suivaient Christ? Etaient-ils guidés par l’Esprit de Dieu? S’ils aimaient Dieu comme ils le devaient, à savoir s’ils avaient remplis LES CONDITIONS EXIGÉES PAR CHRIST, auraient-ils jamais commis cet acte d’insincérité et d’effroyable hypocrisie? Quelle a été leur fin ?

 

La Parole de Dieu se révèle encore une fois vraie : Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne se sont pas des nôtres (1Jean 2:19). En réalité, ils ont été « expulsés » de la famille de Dieu à cause d’un mensonge à la PERSONNE du Saint Esprit, l’une des personnes de la DIVINITE ! Qu’est-ce que cet événement signifie pour nous ? N’avaient-ils pas cru ? Le même verset signifie également que, si quelqu’un est un véritable enfant de Dieu, il ne sortirait ou ne serait jamais expulsé de la famille de Dieu (Jean 8:35) ! Mathématiques simples !

 

9. « Le chien qui est retourné à ce qu’il avait vomi lui-même… »

L’apôtre Pierre a déclaré : « En effet, si, APRÈS s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, APRES l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. ​Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier » (2Pet.2:20-22). De tels ‘croyants’, de tels ‘chrétiens’, SERONT-ILS SAUVÉS ?

Je recommande vivement mes lecteurs à lire tout le second chapitre de la deuxième épître de l’apôtre Pierre pour une meilleure compréhension de ces versets. Question : ont-ils juste été informés au sujet de la vie chrétienne, avaient-ils été juste affectés par les vertus de la vie chrétienne et avaient simplement évité quelques défauts et mauvaises habitudes de leur vieille vie, mais sans vraiment être nés de Dieu ?  Peut-être ! Il serait aussi bon de comparer le chapitre en question à Héb.10:26 et Héb.6:4-8. Cela nous aidera peut-être :

  • « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés » (Héb.10:26).
  • « Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, ​qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés (à côté ou dehors-GR), soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. ​Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu; mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu » (Héb.6:4-8).

 

Pourquoi se sont-ils vautrés dans les souillures de ce monde ? Qu’est-ce qui était caché dans les profondeurs de leur cœur ? Pourquoi après avoir connu la voie de la justice, après avoir été une fois éclairés, après avoir goûté le don céleste, après avoir eu part au Saint-Esprit, après avoir goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, pourquoi APRÈS sont-ils tombés, se sont-ils vautrés dans le bourbier de ce monde ? N’étaient-ils comptés parmi les ‘croyants’ ? Bien sûr ! Tous les cas de perdition ne sont pas identiques. Ils diffèrent ! Le troisième groupe de la parabole du semeur et le cas de l’homme qui pèche volontairement, ainsi que le « faible » frère, qui est porté à la perdition à cause du mauvais comportement d’un autre frère diffèrent fortement ! DIEU SEUL connaît le cœur. Dieu seul connaît ceux qui sont siens et Lui appartiennent. Nous, des êtres humains faibles et faillibles, nous ne sommes pas autorisés de tirer des conclusions concernant le cœur de l’homme… ainsi que la raison de leur perdition ! Nous ne pouvons pas spéculer sur les choses de Dieu ! «C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant » (Héb.10:31). Quelques personnes comparent ce passage avec Luc 11:24-26. Ont-ils raison ? Laissons en tout cas, la crainte de Dieu entrer en nous !

 

10. « Croyants » mais qui « marchent dans le désordre… »

La Bible dit aussi :

« Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu » (Gal.5:19-21). L’épître de Paul aux Galates a été adressée aux croyants ! Ni à des païens ni à des idolâtres ! Il leur dit que ces personnes n’hériteront pas le royaume de Dieu. Cette déclaration devrait être combinée avec Mt.15:19; Eph.5:3-6; Col.3:5,6 et en particulier avec 2Cor.12:20-21, qui se lit comme suit : « Car je crains de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais, et d’être moi-même trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animosités, des cabales, des médisances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles. Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer(Gr : faire le deuil) sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et QUI NE SE SONT PAS REPENTIS de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés » (2Cor.12:20-21). Je répète ce que j’ai écrit dans un chapitre précédent : L’adultère de Corinthe a été pardonné et a continué sa vie chrétienne parce qu’il s’est repenti ! La preuve de sa repentance nous la lisons dans les paroles de Paul : « […] de peur qu’il ne soit accablé par une tristesse excessive » (2Cor.2:7). Qu’allait-il se passer s’il ne se repentait pas ? En conséquence, SI nous n’admettons pas nos péchés pour lesquels notre conscience nous accuse, QUE VA-T-IL SE PASSER ? En conséquence, ATTENTION ! DANGER…

 

Le commandement de Dieu est cependant clair : « ​nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous. […] Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez-le, et n’ayez point de communication avec lui, afin qu’il éprouve de la honte » (2Thess.3:6, 14) (Aussi : 1Cor.5:11et Gal.5:19-21).

De qui devons-nous nous éloigner ?

Pour qui fait-on le deuil ? Pour les morts ou pour les vivants ?

Jean BALTATZIS

baltatzis@skynet.be

À suivre…

ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ