9. LE SALUT EN CHRIST ET LA QUESTION DE LA SÉCURITÉ ÉTERNELLE DU CROYANT [Chapitre 9].

Chapitre 9, Suite du Chapitre 8

 

“Paroles enseignées par l’Esprit” (1Cor.2:13)

Un ministère par courriel pour la Gloire de Dieu.

Une série d’études bibliques sur

LE SALUT EN CHRIST

ET

LA QUESTION DE LA SÉCURITÉ ÉTERNELLE DU CROYANT

ΜΠΑΛΤΑΤΖΗΣ-Σειρά Βιβλικών μελετών (9).

J’ai mentionné quelque chose brièvement de mon expérience personnelle à la fin du chapitre 8, à savoir comment Dieu améliore mon caractère chrétien. IL me conduit au « désert » d’afflictions et d’épreuves et parle à mon cœur (Osée 2:14)… Maintenant, je voudrais m’étendre sur ce point en me référant à certains grands principes bibliques :

 

1.    La marche vers la perfection

a)      Ceux qui prêchent « la vie victorieuse » sont accusés d’enseigner la fausse doctrine de « la perfection sans péché ». C’est de la pure et simple distorsion ! La vérité de Dieu, cependant, reste : « la perfection sans péché » n’existe pas, mais une vie victorieuse est possible et elle est exigée. Le croyant peut être délivré de l’état « charnel », tels que de mauvaises habitudes, les passions, la cupidité, etc. C’est un commandement pour le croyant ! Et si c’est un impératif selon la Parole, alors c’est possible. Dieu peut sauver parfaitement ! Il est écrit : « C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur » (Héb.7:25). La parole de Dieu dit : SI quelqu’un a péché, si quelqu’un tombe dans un péché… (1Jean 2:1). La possibilité de tomber dans un péché existe mais une vie « de hauts et de bas » n’est pas une vie chrétienne normale ! Voilà comment Paul décrit la vie normale : « C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, TENDONS A CE QUI EST PARFAIT, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu » (Héb.6:1). Dans un autre endroit, Paul dit : « …ce que nous demandons dans nos prières, c’est votre perfectionnement » (2Cor.13:9). Le vrai croyant n’est pas parfait mais il tend vers la perfection, vers l’amélioration… vers la sanctification pratique. Paul écrit : « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ » (Phil.3:12-14).

b)     Ce qui compte ce n’est pas si nous avons perdu une bataille mais si nous sommes déterminés à gagner la guerre ! Le prophète Jérémie a écrit : « …Ainsi parle l’Eternel: Est-ce que l’on tombe sans se relever? Ou se détourne-t-on sans revenir? » (Jér.8:4). Est-ce une vie chrétienne normale d’être esclave, par exemple,  de la colère pendant vingt ans, ou du  mensonge,  ou  de la gourmandise, ou  de l’hypocrisie, ou, ou… ? La Bible déclare : « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » (Gal.5:24). Elle indique également : « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu » (1Jean 3:9). On ne peut pas avoir une vie victorieuse à moins qu’on se débarrasse du fardeau du péché et qu’on ait pris la décision de porter sa croix et suivre Jésus fidèlement ! Vous ne pouvez pas courir la course avec un pardessus. Le péché est l’ennemi de la foi.

c)      Je répète : Le vrai chrétien n’est pas parfait mais tend vers la perfection, vers l’amélioration… vers la sanctification pratique. Faisons aussi attention à d’autres passages de la Bible : « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés (GR : nous qui sommes en train d’être sauvés) elle est une puissance de Dieu » (1Cor.1:18). Sauvés de quoi ? Cela ne se réfère-t-il pas à une purification continuelle et à un processus de sanctification ? « Veille sur toi-même et sur ton enseignement; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent » (1Tim. 4:16). (Nous allons y revenir pour l’analyse de ce dernier verset).

d)     Est-il permis de porter le nom ou l’étiquette de chrétien sans avoir la nature du chrétien étant donné que nous nous sommes assurés les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles nous devenions participant de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise (2Pie.1:4) ? Le vrai chrétien est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles (2Cor.5:17). Dieu a déclaré que « …voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple » (Héb.8:10 et Ezé.36:26). Dieu exige que tout chrétien recherche « … la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur » (Héb.12:14). Il lui a donné un but et un destin glorieux (Eph.2:6-7 et 1Jean 3:1-2). Dieu l’a prédestiné à être semblable à l’image de son Fils (Rom.8:29). Il n’est pas permis que le chrétien déshonore son Sauveur avec une vie pécheresse et superficielle et… L’honorer seulement des lèvres alors que son cœur est éloigné de Lui (Mat.15:8-9).

 

2. Travaillez à votre salut

Examinons maintenant l’expression de la Bible : « Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, TRAVAILLEZ (GR: κατεργάζεσθε) À VOTRE SALUT avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent » (Phil.2:12). Pour rendre cette notion facile à comprendre, utilisons comme exemple le cas d’un corroyeur ou d’un tanneur qui traite des peaux d’animaux pour les rendre utiles pour tout usage profitable ! Cette phrase signifie amélioration continuelle tendant au progrès et à la perfection : Lorsque Paul était avec eux, ils essayaient de faire de leur mieux pour améliorer leur état spirituel, ils essayaient de « travailler » à leur salut. Non pas pour être sauvés, car ils étaient déjà sauvés, mais pour améliorer leur conduite… Cela signifie qu’ils essayaient de penser, d’agir, de parler et de vivre selon les voies de Dieu plutôt que de vivre avec les habitudes qu’ils avaient dans le passé. Et, il les exhorte d’agir de la même façon, même pendant qu’il était absent. Cette exhortation est en harmonie avec l’esprit de la Bible : « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre […] » (Apo.22:11-17). De même, c’est en harmonie avec l’exhortation : « Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez (Gr : devenez) saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint » (1Pie.1:15-16). Si le chrétien ne fait pas attention à ces commandements avec crainte et tremblement, il risque de tomber dans le péché ou faire des bêtises qui déshonoreraient Son Sauveur ! « Comme une fontaine troublée et une source corrompue, ainsi est le juste qui chancelle devant le méchant » (Prov.25:26). Si le croyant veut faire la volonté de Dieu de tout son cœur alors, toute sa conduite, deviendra conforme à la volonté de Dieu ! Tout dépend de la volonté de l’homme de se repentir, de vouloir L’aimer de tout son cœur et vouloir se consacrer à Dieu!

Il y a plusieurs exhortations dans la Bible qui parlent de « travailler » dans le monde spirituel du croyant ! Quelques exemples :

  • « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Rom.12:2).
  • « Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit » (Jean 15:2).
  • « Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur » (1Cor.15:58).

Cette amélioration continuelle ne peut se réaliser que s’il obtient et conserve le témoignage d’une bonne conscience (2Cor.1:12).

*******

Maintenant – après avoir parlé de la nécessité et de la manière d’être sauvé et de la sanctification pratique ainsi que sur les conditions posées par le Seigneur lui-même pour ceux qui veulent être de vrais ou de véritables chrétiens – je pense qu’il est nécessaire lentement mais sûrement de nous préparer pour l’examen des dangers de perdre ce que Dieu a librement offert aux croyants :

 

REMARQUE :

Je commence à partir de ce chapitre – mais en termes généraux – d’examiner la position de ceux qui croient que tous les croyants risquent de perdre leur salut.

Avant de poursuivre, je répète encore une fois que je prends la position de ceux qui prétendent que tous les croyants risquent de perdre leur salut! Plus tard, dans cette série, je prendrai également la position de ceux qui affirment « qu’une fois sauvé toujours sauvé »! Déraisonnable ? Contradictoire ? Que la Parole de Dieu nous parle…

 

Paul, dans son épître aux CROYANTS de Galatie, leur dit : « Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous » (Gal.4:11). Pourquoi? Parce qu’ils croyaient qu’ils devaient retourner aux faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau ils voulaient s’asservir et recommencer à observer les jours, les mois, les temps et les années! (Gal.4:8-10). Paul discernait qu’ils étaient en danger ! Continuant son épître, il leur dit qu’il éprouvait de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Christ soit formé en eux. Il était inquiet à leur sujet (Gal.4:19-20). Était-il inquiet à cause de leur situation financière ou de leur salut? Christ n’était pas encore formé en eux ! Quelles étaient les conditions de base pour que Christ soit formé en eux ? Se circoncire ? Le parler en langues ? Certainement pas ! Les conditions de base étaient : aimer le Christ de tout leur cœur, avec une repentance sincère, avec une confiance totale en Christ et avec un engagement total ! Ils devaient se charger de leur croix et Le suivre ! Et avec une autre chose très importante: l’amour pour la vérité au-dessus de tout autre chose et la foi qui agit par l’amour ! (Gal.5:6 et Zach.8:16). Il est bon de se souvenir de ce que Paul a dit à Timothée : « Le but du commandement, c’est une charité venant d’un cœur pur, d’une bonne conscience, et d’une foi sincère. Quelques-uns, s’étant détournés de ces choses, se sont égarés dans de vains discours » (1Tim.1:5-6). L’apôtre Paul écrit une parole similaire concernant certaines femmes : « Je veux donc que les jeunes se marient, qu’elles aient des enfants, qu’elles dirigent leur maison, qu’elles ne donnent à l’adversaire aucune occasion de médire; car déjà quelques-unes se sont détournées pour suivre Satan » (1Tim 5:14-15). Que dites-vous ? L’apôtre Paul a-t-il écrit ses constatations en vain ? Au contraire, « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » (Gal.5:24). De tels croyants sont conduits (gouvernés, menés, portés) par le Saint Esprit : « Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi » (Ps.32:8). Dieu ne confie pas Son Esprit à tous, mais à ceux qui Lui appartiennent et Lui obéissent (Actes 5:32).

 

Paul, à la fin de son épître aux Galates, les exhorte en leur disant : « C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude » (Gal.5:1). Ces injonctions et certaines autres ont été adressées à des églises qui avaient été récemment implantées et établies. Elles n’étaient pas envoyées à ses compagnons apôtres ! Elles étaient, néanmoins, valables pour toutes les églises tout au long des âges. C’est pourquoi tous les croyants doivent d’autant plus s’attacher aux choses qu’ils ont entendues, de peur qu’ils ne soient emportés loin d’elles (Héb.2:1).

Nous concluons, par conséquent, que les croyants doivent être sobres et vigilants, parce que leur adversaire le diable rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer (1Pie.5:8). Satan tente d’obtenir un avantage sur eux (2Cor.2:11). De plus, car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus (Mat.24:24). Pour cette raison, Pierre exhorte tous les croyants pour qu’ils soient avertis et soient sur leur garde, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, ils ne viennent à déchoir de leur fermeté (2Pie.3:17).

 

3.  L’une des principales sources d’information…

Commençons par une déclaration générale de la Bible, mais extrêmement importante :

L’apôtre Paul dit à ses frères en Christ : « Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Rom.8:8-14).

J’aimerais ajouter, à ce point, un autre verset de grande importance: « Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour: ne cause pas, par ton aliment, la PERTE de celui pour lequel Christ est mort » (Rom.14:15). (Bien sûr, il ne se réfère pas seulement à la nourriture ou à la boisson mais à tout mauvais comportement qui pourrait scandaliser notre frère faible). Et encore une fois : « Et ainsi LE FAIBLE PÉRIRA par ta connaissance, le frère pour lequel Christ est mort » (1Cor.8:11) !

 

4.  Une interprétation fatale d’un passage de la Bible

Un des passages ou versets de la Bible qui ont été mal compris – source de confusion généralisée – est la suivante que j’ouvre en parenthèse : « Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu » (1Cor.3:11-15). Amen, amen, et amen!

 

L’apôtre Paul parle, dans ce passage, au sujet de l’œuvre, du fruit de l’homme et PAS des péchés de l’homme. Que ce point soit bien compris, dès le début. Il parle de son travail, de son ministère et  de ses activités ministérielles; appelez cela comme vous voulez. Maintenant, SI LE CROYANT – qu’il s’agisse d’un ouvrier chrétien de l’Evangile ou d’un simple chrétiencommet des péchés et ne se repent pas sincèrement, ses péchés ne seront pas brûlés (consumés), (c’est-à-dire pardonnés) (1Cor.3:14-15). Permettez-moi de le répéter d’une autre façon : Si un chrétien et à beaucoup plus forte raison un ouvrier chrétien mène une vie de péché ou de compromis injustifiés, qui n’est pas digne de la haute vocation chrétienne de l’Evangile, ses péchés ne peuvent pas être « consumés » – c’est-à-dire « pardonnés » – à moins qu’il ne se repente sincèrement, les confesse sincèrement et les rejette devant Dieu et, si nécessaire, devant les hommes.

 

5.  SI, SI, SI………

a)      Si un chrétien dit des mensonges (Eph.4:25; Actes 5:1-11; Apo.21:8) et fait des compromis douteux ;

b)     S’il fait des promesses en privé ou publiquement et ne les tient pas (Rom.1:31) ;

c)      S’il pense une chose, dit une autre chose et fait une autre chose (Ps.17:3) ;

d)     S’il invente toujours des  prétextes pour s’excuser et  se justifier (Luc 14:18-20) ;

e)      S’il n’est pas un homme de principes et de valeurs mais un homme d’opportunités (Ps.15:2, 4) ;

f)       S’il fait l’œuvre de l’Eternel avec négligence (Jér.48:10) ou se comporte comme un employé qui fait juste assez pour éviter d’être congédié par son patron ;

g)      S’il critique, condamne, calomnie et divise les gens (Ps.15:3; Mat.24:49; Rom.1:30) au lieu de prier pour leur repentance et leur salut…

h)     S’il est malhonnête et ne paye pas ses impôts (Rom.13:7) ;

i)        S’il a tendance à juger et à ne pas pardonner (Luc 6:37; Rom.2:1 et 1Cor.4:5) ;

j)       S’il domine sur ceux qui lui sont échus en partage (1Pie.5:2-3) ;

k)     S’il prêche Christ par envie et esprit de dispute (Php.1:15-16) ;

l)        Si sa foi et son amour sont simulés, motivés par l’hypocrisie (Rom.12:9 et 2Tim.1:5) ;

m)   S’il a l’apparence de la piété, mais renie ce qui en fait la force (2Tim.3:5) ;

n)     S’il est un mauvais ouvrier, ayant pour dieu son ventre, s’il met sa gloire dans ce qui fait sa honte et s’il ne pense qu’aux choses de la terre (Php.3:2 et 18-19) ;

  • o)      Si par des paroles douces et flatteuses, il séduit les cœurs des simples (Rom.16:18) ;

p)     Si par cupidité, avec des paroles falsifiées,  ils trafiquent de ceux qui l’écoutent (2Pet.2:3, 2Cor.2:17) ;

q)     S’il est ignorant et mal affermi, et tord les Ecritures à sa propre destruction (2Pie.3:16) etc.

 

Mes lecteurs pourraient ajouter d’autres catégories de péchés… Alors, je pose la question : Est-ce que de tels péchés seront brûlés (c’est-à-dire pardonnés), S’IL ne se repent pas sincèrement ET NE CHANGE PAS SA MARCHE A TEMPS ? Aucun de ceux qui considèrent le sentiment de « culpabilité » comme une maladie mentale et qui ont NOTAMMENT supprimé de leur vocabulaire le mot « repentance » ne sera sauvé ! Ce n’est pas en vain que Jésus-Christ a répété Sa déclaration : « Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez TOUS égalementNon, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez TOUS également » (Luc 13:3-5).

Conclusion : Si un chrétien, et beaucoup plus un ouvrier chrétien, mène une vie qui n’est pas digne de l’Evangile et de sa haute vocation chrétienne, ses péchés ne peuvent pas être « brûlés », c’est-à-dire être pardonnés, et il ne pourra pas être sauvé comme au travers du feu à moins que ses péchés soient avoués et abandonnés. Nos péchés connus doivent être confessés de tout cœur et abandonnés pour être pardonnés !

 

Jean BALTATZIS

baltatzis@skynet.be

 

 À suivre…

 

ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ