Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ… (2Cor.5:10)

 (Révisé)

Devant le tribunal de Christ

Comme je lisais la Parole de Dieu, mon âme a été saisie d’une crainte profonde et respectueuse quand j’ai lu le verset: « Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. » Moi, moi, moi, je dois «…comparaître devant le tribunal de Christ» pour rendre compte de moi-même, de ce que j’ai fait dans la vie, bon ou mauvais, secrètement ou ouvertement! Rendre compte, même pour toute parole vaine (Mat.12:36)! Est-ce qu’il y a un homme juste devant Ses yeux? Combien prudent, alors je devrais être pour m’éloigner du péché et agir honnêtement! Oui, je serai jugé d’après mes oeuvres, par les choses qui ont été écrites dans les livres… Quels livres? Les livres de mon Dieu omniscient – qui est plus grand que ma propre conscience – quant à mes actes bons et mauvais; même mes discussions sont écrites (Mal.3:16)! Oui, d’après Sa loi spirituelle – les Saintes Ecritures – la pierre de touche par laquelle les coeurs et vies des hommes seront jugés! Et j’ai demandé à mon Seigneur d’une manière révérente: quels sont, mon Seigneur et Sauveur, mes œuvres qui sont écrites dans Tes livres? (Dan.7:10). La seule réponse que j’ai reçue dans mon esprit était: Fais ton devoir d’après ma Parole! N’aie pas peur; il n’y a aucune injustice en Moi! Tu verras que ‘je serai juste dans ma sentence et sans reproche dans mon jugement’! (Ps.51:4 et Job 34:10-12).

Etait-ce la première fois que j’avais lu ce verset ou était-ce pour la toute première fois que je savais que tous, c à d que personne n’évitera la juridiction de cette cour! Tous, chacun de nous devra rendre compte de la manière dont il a mené sa vie, de ses propres actions et pas de celles d’un autre. Nous devons noter, pourtant, que les prêtres et les pasteurs doivent rendre compte pour leur troupeau (Héb.13:17), s’ils se sont comportés correctement envers ceux qui sont confiés à leurs soins. Cela ne décharge pas chaque croyant de sa propre responsabilité. Nous ne serons pas capables de nous excuser en disant: « C’était la faute du prêtre ou du pasteur que moi je ne n’ai pas été sauvé, que je ne me suis pas repenti et que je n’ai pas mis ma confiance en Christ… ». C’est alors que nous comprendrons beaucoup de choses que nous ne pouvons pas comprendre maintenant comme la miséricorde de Dieu, Sa sagesse, Sa protection et Sa guidance et la manière dont nous avons conduit notre vie.

C’était, pourtant, pour la toute première fois que l’image ou mieux la scène ou “vision” que j’essayais d’imaginer de moi-même debout devant le tribunal de Christ a rendu mon âme si craintive avec révérence! Si je n’étais pas racheté par le sang précieux de Jésus-Christ qui pardonne et oublie tous les péchés des vrais croyants et les purifie de toute iniquité (Mic.7:19; Héb.8:12; 10:17; 1Jo.1:9), si ce n’était pas pour Son amour stable et si la vie éternelle ne m’était offerte gratuitement, mon coeur serait désespérément désespéré! Alors mon coeur s’est exclamé: « Mais moi, par ta grande miséricorde, je vais à ta maison, je me prosterne dans ton saint temple avec crainte. » (Ps.5:8). Depuis ce jour, mon coeur n’a pas cessé de penser et de méditer ce que la Parole de Dieu dit au sujet du moment où chacun de nous paraîtra devant le tribunal de Christ. Depuis ce jour, j’ai prié mon Seigneur pour plus de perspicacité spirituelle… Depuis ce jour-là, deux choses prédominent dans mon esprit et que j’aimerais partager avec vous:

En premier, une question: Qui suis-je devant le Seigneur ou comment Dieu me voit-Il? Et,

La seconde, gratitude: Gratitude pour poursuivre ma vie jour après jour et pour me donner la possibilité d’être transformé dans ce qu’Il veut que je sois avant que je paraisse devant Son tribunal!

Chers amis, depuis ce jour, je ne tiens pas cette parole mais cette parole me tient!!!

En particulier:

I. Qui suis-je ou comment Dieu me voit-Il?

Quand Job a reçu un genre de “vision” de Qui est Dieu, de la sagesse de Dieu et de Sa souveraineté; quand il s’est rendu compte qu’il avait dit des choses trop merveilleuses pour Lui, qu’il ne savait pas et ne comprenait pas, la première chose qu’il a faite était de s’humilier devant Dieu et de se repentir dans la ‘poussière et la cendre’ (Job 42:5-6). Le fait que moi, aussi, je parle de choses que je ne comprends pas clairement, lesquelles sont trop hautes pour moi et le fait que, « Voici, il passe près de moi, et je ne le vois pas, il s’en va, et je ne l’aperçois pas » (Job 9:11) a poussé mon âme, depuis ce jour-là, à répéter très souvent ce que Job a demandé au Seigneur: « Montre-moi ce que je ne vois pas; si j’ai commis des injustices, je n’en commettrai plus » (Job 34:32).

Qu’il n’y ait aucun malentendu: Dieu nous a donné Sa Parole et d’après cette Parole, comme dans un miroir, nous devons nous examiner et nous comparer aux exigences de Dieu, parce que d’après Sa Parole nous serons jugés selon la justice infaillible! C’est la meilleure façon d’apprendre ce que nous ne voyons pas et de cesser de pécher, si nous avons commis ou si nous sommes en train de commettre l’iniquité. Cependant, il y a une grande différence entre savoir une certaine parole de Dieu – qu’il s’agisse d’un commandement ou d’une promesse – et voir cette même parole saisir notre âme et voir cette parole – activée par le Saint-Esprit – éveiller la conscience de l’homme et ses sentiments. Bien que je savais très bien que « …il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps », ce verset n’avait jamais affecté si fortement ma vie dans le passé. Je savais que:

Ø « …Dieu amènera toute oeuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » (Ec.12:14 et Luc 8:17; Luc 12:3);

Ø « qui rendra à chacun selon ses oeuvres; » (Rom.2:6);

Ø « Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. » (Rom.4:12);

Ø « Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. » (Héb.4:13);

Ø « … Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. » (Apo.20:12; 22:12).

Oui, je connaissais très bien tous ces versets sacrés mais ils n’avaient jamais saisi mon âme comme cela s’est passé ce jour-là. Depuis ce jour, la crainte de Dieu et la conscience de devoir rendre compte à Celui qui jugera les vivants et les morts se sont approfondies dans mon coeur. La conscience que les yeux du Seigneur sont toujours sur moi, et qu’Il voit tous mes pas, mes actions, plans, buts, pensées, paroles, désirs et tous les secrets de mon coeur et de ma vie, du commencement de l’année à la fin de l’année (De.11:12 et Job 34:21) a été intensifiée! Tout ce que chacun de nous a pensé, désiré et fait passera en revue et l’homme devra rendre compte de tout! Aucun péché qui a été dissimulé et/ou n’a pas été confessé et été mis en ordre dans cette vie sera révélé là; aucun péché qui a évité tous les tribunaux humains n’échappera là. Les seuls motifs/vertus reconnus par Dieu comme sains et bons seront la foi, la repentance et l’amour pour Dieu. Très pertinent et important est le verset qui dit, « C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des coeurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due. » (1Cor.4:5).

Ce jour là, toutes mes œuvres seront testées par le feu de la présence sainte du Christ qui manifestera la qualité de ces oeuvres (1Cor.3:10, 13). Plus nous nous jugerons nous-mêmes et nos œuvres et nous nous conformerons à ce qui est juste et bon, moins nous serons jugés maintenant aussi bien que ce jour là par le Seigneur (1Cor.11:28, 31). Nos grands et importants accomplissements ne mesureront pas si nos motifs n’étaient que pour la promotion de nous-mêmes. Et nous ne devrions jamais oublier ce que Pierre, l’apôtre, nous dit: «Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur?» (1Pie.4:18).

C’est une chose importante de vivre dans cette conscience toute la journée. Alors, l’homme fait de plus en plus attention à ses pas pour mener une vie sainte et se donner avec beaucoup d’assiduité et d’abnégation aux devoirs de son appel. C’est la raison pourquoi tous les hommes de Dieu devraient être appliqués et laborieux avant qu’ils paraissent devant le tribunal de Christ qui est le Juge désigné du monde entier, notre Grand Dieu Jésus-Christ (Tit.2:13), le seul omnipotent et omniscient, juste, saint, impartial et vrai.

Quand je vois les visages des chrétiens, qu’il s’agisse de jeunes ou vieux ou nouveaux-nés chrétiens, rayonner de leur amour pour leur Sauveur et comment ils se réjouissent dans le Seigneur et dans Son salut, en d’autres termes, comment ils adorent le Seigneur avec dévotion, certaines questions de comparaison, à juste titre ou pas, viennent à mon esprit d’une manière spontanée. Par exemple:

· Qui suis-je à tes yeux Seigneur Jésus?

· Est-ce que je T’aime vraiment ou simplement … en paroles et avec la langue, mais non pas en actions et avec vérité? (1Jean 3:18);

· Est-ce que j’applique diligemment la règle d’or, « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux… »? (Mat.7:12);

· Est-ce que j’applique fidèlement l’instruction du Saint-Esprit: « Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché. »? (Jaq.4:17);

· Suis-je conscient que les « …personnes qui se mettent à enseigner, …seront jugées plus sévèrement? (Jaq.3:1);

· Est-ce que je pardonne aux autres de tout mon coeur comme j’ai été pardonné par Toi?

· Est-ce que je serai surpris et honteux quand les livres seront ouverts et que je verrai le « produit » de ma vie? Oh, Seigneur Jésus, que cela ne se passe jamais!

Mais pourquoi des telles questions viennent-elles à mon esprit? Elles viennent parce que je ne peux pas oublier ce que la Bible dit:

Ø « Si quelqu’un croit savoir quelque chose, il n’a pas encore connu comme il faut connaître. » (1Cor.8:2)

Ø « Si quelqu’un pense être quelque chose, quoiqu’il ne soit rien, il s’abuse lui-même. » (Gal.6:3).

II. Gratitude

Toutes les fois que je me souviens comment Dieu nous a sauvés, moi et ma famille entière quand je me suis endormi en conduisant à 120 Kms l’heure, quand Dieu m’a prévenu à la dernière seconde d’un autre accident de voiture terrible (juste un autre pas et c’était ma fin), comment Dieu n’a pas pris en compte la manière stupide et dangereuse que j’ai traité ma santé, mais au-dessus de tout comment Dieu a sauvé mon âme de l’Enfer grâce au sacrifice de Jésus-Christ sur la croix du Calvaire, mon coeur est inondé de gratitude et de louange! Pourquoi a-t-Il épargné ma vie de la mort et mon âme de la condamnation éternelle? Quand ces actes de Sa grâce ont eu lieu, je ne savais pas la raison pourquoi je n’ai pas été mis à mort, mais maintenant je sais: Il m’aimait avec un amour inconditionnel et éternel; je suis ici sur cette terre pour être éprouvé parce que je suis un agent moral responsable; je suis placé ici pour former le caractère pour l’éternité comme un membre de Sa famille. Il est approprié et nécessaire alors avant que je reçoive mon affectation éternelle d’avoir été transformé à Son image; oui, avant que je paraisse devant Son tribunal!

Je Le remercie jour et nuit de prolonger ma vie jour après jour car Ses bontés se renouvellent chaque matin et Ses compassions infaillibles. Grande est Sa fidélité (Lam.3:22-23). Je Le remercie car Il renouvelle mes possibilités d’être transformé dans ce qu’Il veut que je sois. Je Le remercie pour tout, même pour les afflictions que Son amour et Sa sagesse permettent dans ma vie, étant conscient qu’Il fait que toutes choses concourent à mon bien (Rom.8:28); je Le remercie, même si je dois passer des années «dans le désert», parce que je sais que tous Ses projets sont des projets de paix et non de malheur pour me donner une fin bénie attendue (Jer.29:11).

Ma vie a été très-très difficile depuis ma jeunesse. De nos jours, elle est si difficile que je me trouve désorienté; j’ai connu des moments de perplexité sévère, mais par Sa grâce, Il n’a jamais permis que je me trouve dans le désespoir! Il m’a rendu prisonnier de l’espérance (Zec.9:12). Souvent je répète dans mon esprit ou avec ma langue deux expressions d’un chant de Ira Stamphill: “Il a lavé mes yeux avec des larmes pour que je puisse voir mieux” et “Il m’a prêté du temps avant l’éternité pour faire ce que je dois faire. Je ne sais pas quand mon temps prêté arrive à sa fin.”

Après ce que j’ai dit au sujet des sentiments que j’ai éprouvés en lisant ce verset, je pense qu’il soit nécessaire d’ajouter certaines autres pensées au sujet de ce verset:

«Car il nous faut TOUS comparaître devant le tribunal de Christ»

Est-ce que le verset que nous examinons est seulement pour les croyants? Certainement pas! Les croyants et les incroyants devront rendre compte de leurs actions, de leurs pensées, de leurs désirs, de leurs buts et plans (Héb.12:13 et Rom.2:15-16)! Oui, de tout! Il y a, néanmoins, une grande différence entre croyants et incroyants. Les croyants sont passés de la mort à la vie et ils ont la vie éternelle: « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. » (Jn.5:24). De plus, « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » (Rom.8:1). Bien que le salut soit purement de grâce, que signifie la parole de l’apôtre Paul «…travaillez à votre salut avec crainte et tremblement… »? (Php.2:12); et que signifie l’exhortation « … suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse »? (Héb.12:13). Bien que le salut soit purement de grâce, celui qui est sauvé peut avoir une plus grande ou plus petite récompense, suivant la manière dont il a mené sa vie et œuvré pour Christ, selon la décharge plus ou moins fidèle de son intendance. Les incroyants, ne verront pas la vie, parce que la colère de Dieu demeure sur eux: « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. » (Jn.3:36). Et la Bible dit encore: « S’ils étaient sages, voici ce qu’ils comprendraient, et ils penseraient à ce qui leur arrivera. »” (De.32:29). Cependant, si la peur de Dieu était dans leur coeur ils deviendraient assez sages pour s’éloigner du mal. S’ils s’éloignaient du mal ils acquerraient la compréhension et ils considéreraient la fin de leurs jours avec sérénité! En ce qui concerne ceux qui n’ont jamais entendu la Bonne Nouvelle de Christ, nous ne savons quels seront les critères devant Son Tribunal. La seule lumière que nous avons est: « ils montrent que l’oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour. C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Evangile, Dieu jugera par Jésus-Christ les actions secrètes des hommes. » (Rom.2:15-16). Dieu est un juste Juge!

Différents niveaux de récompenses et de condamnation

Il y a aussi des niveaux différents de productivité, de récompenses ou couronnes d’après le fruit porté par le croyant: « D’autres reçoivent la semence dans la bonne terre; ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante, et cent pour un » (Mrc.4:20) et de différents niveaux de condamnation (Jaq.3:1; Mat.23:13; Luc 20:47). Nous ne devrions pas oublier aussi qu’il y a des niveaux différents de péché [exemple: « Jésus répondit: Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui me livre à toi commet un plus grand péché » (Jn.19:11)], aussi bien que des péchés pardonnables et impardonnables (le blasphème contre le Saint-Esprit). Ces distinctions sont utiles mais elles ne sont pas décisives quant au destin de l’homme excepté le blasphème contre le Saint-Esprit. Cependant, une chose est sûre et certaine; c’est que ceux qui commettent de ‘petits péchés’ (s’il nous est permis de dire cela) ou vivent dans l’indifférence seront condamnés finalement s’ils meurent sans se repentir et se confier en Christ. « Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » (Gal.6:7). Si leur péché n’est pas pardonné par le sang de Christ, leur “gentillesse” ou leurs soi-disant “bonnes œuvres” ne les sauveront point! Voila la raison pour laquelle notre Seigneur Jésus a dit: « Et quand il (le Consolateur–le Saint-Esprit) sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi » (Jn.16:8-9).

«Afin que chacun reçoive selon LE BIEN ou LE MAL qu’il aura fait»

Cette expression veut dire « comme il mérite » ou « comme il devrait être traité. » Le mot « actions » (Rom.2:6) se réfère, en réalité, pas seulement à notre conduite externe mais à toutes les actions de l’esprit et à leurs motifs. En d’autres termes, à notre caractère ou conduite (Pr.24:12; Mat.16:27; Apo.20:12; Jér.32:19). Nous pouvons être sauvés à cause des mérites du Seigneur Jésus-Christ seulement (Tit.3:5) mais Dieu nous récompensera selon nos œuvres (Mat.16:27 et 1Cor.3:8), ou plutôt, selon le produit de notre foi! Nous ne devrions jamais oublier la réponse de Jésus, quand les gens Lui ont posé la question au sujet des œuvres de Dieu: « Ils lui dirent: Que devons-nous faire, pour faire les oeuvres (pluriel) de Dieu? Jésus leur répondit: l’oeuvre (singulier) de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jn.6:28-29). La foi, la vraie foi est l’œuvre de Dieu! La vraie foi inclut la repentance! La vraie foi inclut des motifs purs, de bons choix délibérés (Pr.4:23) et la fidèle obéissance! La vraie foi produit de bonnes œuvres! C’est la raison pourquoi notre Seigneur commandait: « … Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. » (Mrc.1:15). La repentance et la foi sont nos meilleures « actions », ou l’Alfa et l’Omega de notre vie spirituelle !

Une conclusion additionnelle: Ne jugez pas!

Etant donné que nous serons appelés à rendre un compte si solennel à Dieu, nous devrions nous abstenir de condamner nos frères. Ce verset nous invite à l’humilité. Il ne nous est pas permis de juger l’un l’autre en usurpant l’office de juger, c.-à-d., de condamner ou offenser. De cette manière, Dieu exclut les méchants censeurs qui essaient de trouver quelque chose de négatif dans la vie de leurs semblables. Voila pourquoi l’Esprit Saint nous commande: « C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des coeurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due. » (1Cor.4:5)

Cependant, j’aimerais à ce point, terminer en citant quelque chose que quelqu’un a écrit: « La grande priorité de Satan aujourd’hui est de faire taire tout reproche, fermer les bouches de tous les prophètes et hommes de garde, et discréditer tout sermon contre le péché en disant que c’est trop critique……… Juger d’après la chair signifie juger par esprit de vengeance. C’est souvent méchant, arrogant et auto justifiant. C’est le genre de jugement que la Parole de Dieu rejette. Mais juger justement c’est juger de façon rédemptrice. Cela est né d’amour: en premier, d’amour pour Sa Parole précieuse – ensuite, par amour pour ceux pour lesquels vous pleurez parce que vous les voyez en danger. Le saint jugement vient d’un coeur brisé. »

Que Dieu nous bénisse abondamment !

Jean BALTATZIS

baltatzis@skynet.be

ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ