ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ

«et à celui qui ne fait point d’oeuvre, mais qui croit en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice.» (Ro.4:5).

La signification de la foi et ses résultats

Incroyable mais vrai! La foi d’Abraham lui a été imputée à justice: la foi d’un homme aux paroles de Dieu lui est comptée équivalente à justice! Est-ce que c’est à cause de sa foi seulement ou à cause de la grâce de Dieu et de Sa miséricorde? A cause des deux: «…par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité…» (Ro.4:16). La procédure de Dieu est simple et claire: quand Dieu voit que le coeur de quelqu’un se tourne vers Christ par la foi, Il pardonne ses péchés, crédite sa foi comme justice, l’adopte comme Son enfant et le sauve de la condamnation éternelle. Alors, Il lui donne la puissance de mener une vie nouvelle et sainte et le rend capable de résister au péché, à Satan et aux convoitises de sa chair. En outre, Il l’aide à se débarrasser du pouvoir du péché, de ses mauvaises habitudes et de ses passions… Il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.” (Tit.3.5-7). Grâce et seulement grâce! Donc, la mort rédemptrice de Christ sur la croix est la seule base pour la réconciliation de l’homme avec Dieu! A Dieu soit la gloire!

Voyons ce “thème” de foi d’un autre point de vue. Adam et Eve n’ont pas cru à l’amour de Dieu et à sa véracité; ils ont donc commis une injustice en déshonorant Dieu, en le faisant menteur. “…celui qui ne croit pas Dieu (en Ses paroles) le fait menteur…”. Abraham, au contraire, a cru à la promesse de Dieu, a fait un acte de justice en honorant Dieu, en croyant à ses paroles et à son amour. “Abram eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa à justice” (Ge.15:6). L’incrédulité par rapport à Dieu est égale à l’injustice et la foi ou la confiance en Lui est égale à la justice. Nous pratiquons aussi la justice en disant la vérité selon notre coeur (Ps.15:2) au sujet de nos péchés et de notre nature pécheresse (Ro.3:4). Par conséquent, l’expression “qui croit en Lui” signifie qu’il a foi dans l’amour de Dieu, Sa sagesse, Son omniscience, Son omnipotence, Sa souveraineté, etc.

L’expression en question signifie, en réalité, que celui qui croit à la Parole de Dieu considère toutes Ses déclarations et Ses promesses entièrement dignes d’être reçues et solides pour s’y appuyer et se reposer sur elles: Une attitude de confiance en Dieu Qui a envoyé Son Fils Jésus-Christ. «C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs…» (1Tim.1:15). Une confiance qui implique l’acceptation de Christ comme Sauveur ET comme Seigneur. Une confiance qui incite à l’obéissance par amour et à l’accomplissement de bonnes oeuvres. Quand la foi est combinée avec du fruit digne de la repentance (Mt.3:8) alors le salut en est le résultat:

1. “… à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu” (Jean 1:12);

2. “ Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui.” (1Jean 5:1);

3. “ Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les oeuvres est morte.” (Jaq.2:26).

Croire au Seigneur Jésus-Christ signifie que vous acceptez le fait que vous êtes pécheur et que comme pécheur vous méritez la punition du péché (Lev.26:41); vous croyez aussi que Jésus Christ né de la vierge Marie, par l’action du Saint Esprit, est mort sur la croix, a été enseveli et est ressuscité le troisième jour pour payer votre dette. Cela signifie que vous avez complètement confiance en Christ pour vous garder et que vous dépendrez de Lui seul. Le Saint-Esprit vous aidera en toute chose pour pouvoir mener une vie sainte et servir les plans du Seigneur Jésus-Christ.

La signification des termes de “justice”, “miséricorde” et “grâce”

Nous devons comprendre la signification des termes de “justice”, “miséricorde” et “grâce”:

1. Si Dieu nous avait fait justice, nous aurions obtenu ce que nous méritions. Et ce que nous avons mérité c’était mourir sur une croix. Jésus est mort sur la croix à notre place!

2. Cependant, Dieu dans Sa miséricorde ne nous a pas donné ce que nous méritions à savoir la croix et la mort éternelle. Au contraire, Il a pardonné nos péchés et les a jetés au fond de la mer (Mic.7:19). Nous avons reçu la rémission de nos péchés! (Esr.9:13 et Ps.103:10-11).

3. Il nous a, dans Sa grâce, justifiés et nous a comblés d’innombrables bénédictions que nous ne méritions pas. Sa grâce est incommensurable! Donc, Il n’a pas seulement enlevé nos péchés mais Il a aussi ajouté beaucoup de vertus et de bénédictions à ce don de pardon. Bénédictions sur bénédictions! (Jn.1:16 ; Ro.3:24 ; 4:4 ; 5:2 ; 5:17-21 ; ch.8, etc.)

La foi contient la repentance

Dans l’Évangile de Jean, aussi bien que dans ses épîtres, le mot repentance n’existe point. Néanmoins, il est inclus dans le mot “foi.” Une foi digne de ce nom oblige son détenteur à une confession de ses péchés, à un abandon complet de chaque péché et à un abandon absolu de soi-même à Dieu et à sa volonté… Par conséquent, comme la foi ou mieux la confiance en Dieu est un acte de justice, la repentance est aussi un acte de justice parce qu’elle reconnaît que Dieu est juste et que l’homme est pécheur et coupable. Quand je dis à Dieu: “Oui, Seigneur, j’ai péché, ce que j’ai fait n’était pas juste, etc.”, je pose un acte de justice. Dieu, en vertu de l’œuvre rédemptrice de Jésus Christ à la croix me considère juste.

La lecture de l’épître de Jacques ou de la première épître de Jean suffit pour comprendre que cette foi Biblique n’existe pas sans la repentance, sans l’esprit de deuil pour ses péchés. Pour rendre cette vérité plus explicite, j’aimerais mentionner 1Jean 1:9 qui dit: Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.” Cette parole a été adressée par Jean à des croyants qui sont déjà membres de la famille de Dieu, mais ce principe est valable aussi pour des incroyants qui confessent leurs péchés sincèrement et invoquent le nom du Seigneur Jésus et qui sont justifiés et Dieu devient leur Père. Toutes les bénédictions spirituelles sont sous condition et c’est pour cette raison qu’il y a plus de 1.500 “SI” dans la Bible. Tout est sous condition! La seule chose qui soit inconditionnelle est l’amour de Dieu pour nous. IL nous aime tels que nous sommes et malgré ce que nous sommes.

La foi est une activité de l’âme entière qui met en mouvement l’intellect, les émotions et la volonté. Tout ce qui est moins que cela ne relève pas du domaine de la foi Biblique. SEQ CHAPTER \h \r 1 SEQ CHAPTER \h \r 1Par la repentance, l’homme abomine ses péchés et s’abomine, par la foi il sort lui-même et s’accroche à la grâce de Dieu. Ce qui sauve c’est la foi, mais SEQ CHAPTER \h \r 1 SEQ CHAPTER \h \r 1la foi qui sauve est toujours combinée avec la repentance. SEQ CHAPTER \h \r 1 SEQ CHAPTER \h \r 1La foi et les œuvres sont comme la lumière et la chaleur d’une bougie; elles ne peuvent pas être séparées. SEQ CHAPTER \h \r 1La foi justifie la personne et les œuvres prouvent sa foi. La foi qui sauve produit l’obéissance et implique une nouvelle façon de vivre. SEQ CHAPTER \h \r 1La foi qui sauve est une foi vivante dans un Sauveur vivant. La foi qui n’aime pas sincèrement et n’obéit pas à Christ, qui ne montre pas un vrai intérêt pour l’œuvre du royaume de Dieu et ne résiste pas au péché activement et au monde, ne peut pas être qualifiée de foi qui sauve. Celui qui veut être sauvé doit s’attacher à Jésus et le suivre comme le Seigneur de sa vie. La vraie foi produit un engagement!

La foi, la repentance et la bonne conscience

La parole de Dieu dit:

1. «car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. Bien-aimés, si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu. Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.» (1Jean 3.20-22);

2. «en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l’ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi.» (1Tim.1:19)

Nous concluons, donc, que notre foi ne peut pas fonctionner bien pour obtenir les bénédictions de Dieu quand notre conscience est «infectée» par des péchés de «la chair et de nos pensées» (Eph.2:3), par le désespoir, etc. En d’autres termes, quand notre conscience nous condamne à cause d’un péché non confessé et rejeté! Au contraire, quand la foi va de pair avec un coeur purifié d’une mauvaise conscience et qui cherche le royaume et la justice de Dieu, alors toutes sortes des bénédictions sont données au croyant par-dessus (Mt.6:33).

La partie de Dieu dans le salut et la partie de l’homme dans le salut

Nous devons, à ce point, constater les vérités suivantes à propos de la foi et du salut:

1. SEQ CHAPTER \h \r 1 SEQ CHAPTER \h \r 1 SEQ CHAPTER \h \r 1Aucun homme ne peut pardonner ses propres péchés, régénérer son propre cœur et se déclarer justifié et pur. Dieu nous commande: «…Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.» (Marc 1:15). Christ ne peut pas se repentir pour notre propre compte. L’adultère ou le mensonge ou la colère ou l’hypocrisie, par exemple, est un acte de l’homme pour lequel il doit accepter sa pleine responsabilité. Celui qui s’est sincèrement repenti ne continue et ne peut pas continuer son péché ou sa passion (2Co.7:10; 1Jean 3:9; Gal.5:22-25; Héb.7:25). Le vrai chrétien n’est pas parfait mais il ne mène pas une vie de «hauts et des bas»: son cœur prend une position solide contre le péché et sa vie se débarrasse progressivement de ses péchés, mauvaises habitudes et passions. SEQ CHAPTER \h \r 1Beaucoup de soi-disant chrétiens essaient de croire sans s’être repentis au préalable. Ils essaient d’avoir la foi sans avoir l’intention de faire la volonté de Dieu.

2. SEQ CHAPTER \h \r 1Dieu ne peut pas croire pour nous pour que nous soyons sauvés et croître dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. (2Pie.3:18). C’est notre responsabilité de croire à la Parole de Dieu et mettre notre confiance en Lui. C’est notre responsabilité de nous approprier par la foi le salut que Dieu nous offre. Tout dépend des choix de notre coeur. (Pr.4:23)

Cher ami! Qu’allez-vous faire? Honorerez-vous Dieu par votre foi? Ferez-vous de la justice en disant la vérité à propos de vous-même et de Dieu? Accepterez-vous Sa grâce salutaire et Sa miséricorde pour votre salut et pour votre croissance spirituelle dans la grâce? (2Ti.2:1). Amen.

Jean BALTATZIS

ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ

By Γιώργος Οικονομίδης

Γεννημένος τό 1960, ο Γιώργος Οικονομίδης ασχολήθηκε με διάφορες εργασίες ώς πρός τό ζήν. Τό έτος 1988 ο Λόγος του Θεού, η Αγία Γραφή, μπήκε πλέον στην ζωή του και -συγκρίνοντας την Αγία Γραφή με την θρησκεία- του ετέθη στην ψυχή του τό μεγαλύτερο ερώτημα... "ΘΡΗΣΚΕΙΑ ή ΧΡΙΣΤΟΣ"; και έκτοτε, εφόσον επέλεξε τόν Χριστό, παρέδωσε την καρδιά του στόν Κύριο και Σωτήρα του Ιησού Χριστό, όπου και Τόν υπηρετεί από τότε με ποικίλους τρόπους, όπως: Αρθρογράφος σε εφημερίδες με δική του μόνιμη στήλη και, εκφωνητής επί τριετία σε Χριστιανικό Ραδιοφωνικό Πρόγραμμα του εξωτερικού (στην Ελληνική γλώσσα), όπου συνεχίζει επί σειρά ετών την διακονία του στό διαδίκτυο με την Χριστιανική Ιστοσελίδα του "sporeas.gr", καταναλώνοντας με αγάπη την ζωή και τόν χρόνο του στό έργο αυτό. Για 15 περίπου έτη εργαζόταν την επιχείρηση του στό εξωτερικό, όπου με την Χάρη και την βοήθεια του Θεού την ξεκίνησε από τό "μηδέν". Τό έργο του Θεού συνεχίζεται ανά τόν κόσμο και ο Γιώργος Οικονομίδης καταναλώνεται στό να συμβάλει στό οικοδόμημα αυτό ανάμεσα στους Έλληνες συμπατριώτες του και όχι μόνον, παρουσιάζοντας την αλήθεια του Ευαγγελίου ενάντια στό ιερατικό κατεστημένο που αρέσκεται στό καλλιεργημένο ψεύδος.