« Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus » (Ac.4:33)

Une très courte partie de mon témoignage personnel

Ma conversion à Dieu fut basée sur la question de la mort et la résurrection du Christ. Dieu m’a guidé d’une telle manière que ma foi soit basée sur les points les plus fondamentaux de la foi chrétienne : ce sont la naissance miraculeuse, la mort et la résurrection de Jésus-Christ ! Ma difficulté principale a été focalisée sur l’acceptation de l’authenticité de la Bible et de la résurrection du Christ parce qu’il est écrit : « Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine……… Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés » (1Cor.15:14, 17). Quand j’ai été finalement persuadé au sujet de l’authenticité de la Bible (notamment par les prophéties Messianiques mais aussi par des faits historiques extrabibliques indéniables concernant la vie de Jésus et la vie du peuple d’Israël) et de la résurrection de Jésus, mon âme a été saisie d’admiration, de révérence, de crainte et de tremblement. Les preuves historiques, unies à la « bona fede » d’un homme d’une simple et bonne volonté, m’ont aidé à saisir l’objet de la foi, qui est Jésus Lui-même. Ma recherche s’est transformée en certitudes… et en œuvres de foi ! Toute ma vie a été changée. Les ténèbres ont été remplacées par la lumière. Je me suis rendu compte qu’il fallait plus de « foi » pour être un non-croyant insensé et un athée, tel que moi, qu’être un croyant sérieux. Alors, je suis tombé sur mes genoux et j’ai demandé à Dieu la rémission de mes péchés et le salut de mon âme, sur la base du verset : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » (Rom.10:9).

 

Je suis sûr que Dieu n’a pas prêté attention à la connaissance extrêmement limitée que j’avais au sujet de Lui-même et de Sa volonté ainsi qu’à la connaissance très limitée que j’avais au sujet de moi-même, mais Il a accepté mon « engagement » à Lui juste comme j’étais. Il savait que je Lui avais donné, dans une simplicité enfantine, dans la sincérité et dans l’honnêteté tout ce que j’étais et avais. Je n’avais pas gardé « une clef » pour moi « au cas où … ». Il m’a pardonné et m’a sauvé pour maintenant et pour l’éternité ! Depuis ce jour là Il « a organisé » beaucoup d’épreuves et d’afflictions que je ne pouvais jamais avoir imaginées mais Il a également projeté et accompli de telles bénédictions, matérielles et spirituelles, au delà de la capacité de mon imagination ! J’ai été humilié dans ma vie pas tellement de mes échecs mais plutôt par les bénédictions qu’Il m’a accordées dans Sa miséricorde et Sa grâce ! La seule chose que j’ai faite depuis le jour de ma conversion a été d’étudier Sa Parole et d’essayer de tout cœur et sincèrement de l’appliquer dans ma vie et dans la crainte de Dieu. Mes mots clés étaient : « Jean, repens-toi vraiment dans ton cœur pour tes échecs et tes imperfections ». Je souhaite savoir comment Il me voit mais indépendamment de mon souhait, j’essaye et je continuerai d’essayer de faire tout mon mieux dans une gratitude profonde pour Lui être agréable.

 

L’œuvre du Christ sur la croix

Le message central de la Bible est la mort rédemptrice du Christ sur la croix et Sa résurrection. La Bible indique qu’il a été « déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l’Esprit de sainteté, par sa résurrection d’entre les morts, Jésus-Christ notre Seigneur » (Rom.1:4). IL est mort à notre place afin que nous soyons épargnés du jugement de Dieu. Sa résurrection est le cachet d’approbation de Dieu que Christ a payé par son sang pour nos péchés. Ceci est confirmé par les versets suivants : « … c’est encore à cause de nous, à qui cela sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur, lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. » (Rom.4:23-5:2).

 

Quand Jésus était sur la croix, IL a dit : « TOUT EST ACCOMPLI » : L’œuvre de notre salut qu’Il était venu effectuer a été accomplie, en s’offrant Lui-même à Dieu (Esa.53:12 ; Jean 10:11 ; Rom.5:6) selon les instructions de Son Père. De cette façon, la justice de Dieu et Son amour pour nous ont été manifestés : « La bonté et la fidélité se rencontrent, la justice et la paix s’embrassent » (Ps.85:10). Sur la croix, la sévérité, la justice et l’amour de Dieu ont été manifestés… La croix de Jésus est devenue l’endroit de la rencontre et de la réconciliation de l’homme avec Dieu. La mission du Christ a été accomplie ! La mission de Jésus-Christ était de sauver ceux qui n’étaient pas dignes (ceux qui étaient sans force, des pécheurs et même Ses ennemis comme toi et moi), à condition que nous nous repentions sincèrement et croyions en Lui. La pénalité du péché ayant été complètement payée, l’homme pouvait être accepté par Dieu. Combien il est triste de voir des hommes qui essaient de “se sauver eux-mêmes” par leurs bonnes œuvres ! Ils essaient d’accomplir ce qui est déjà accompli, alors que leur salut dépend de ce que Jésus a fait ! Ils essaient d’ouvrir une porte ouverte ! La rémission des péchés est seulement accordée sur la base du sacrifice du Christ sur la croix ; cela constitue le miracle de Sa grâce divine.

 

La mort de Jésus-Christ et Sa résurrection n’étaient pas des événements survenus par hasard à un homme ordinaire. Au contraire, c’était la mort d’un certain homme dans une certaine période d’histoire, décidée d’avance, avant la création du monde pour le salut du monde et elle a eu lieu quand le temps fut accompli ! « Et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » (Php.2:8). Il était « … l’Agneau qui a été immolé dès la fondation du monde » (Apo.13:8) pour notre salut. La gloire d’un tel salut appartient « … A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang » (Apo.1:5). Toutes les choses ont été accomplies d’après les Saintes Ecritures ! Ainsi, il a été prouvé que « Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » (2Tim.3:16).

Si nous avons été crucifiés avec Jésus par la foi, alors nous sommes morts au monde et notre dette n’existe plus ! Vous ne pouvez pas dire à un homme mort : Vous devez ou vous ne devez pas. Il a échappé à la LOI et est passé dans un autre monde, où la LOI ne peut pas le suivre. Dieu a « …effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix » (Col.2:14-15). C’est un message agréable pour tous ceux qui ont été déçus d’eux-mêmes. La Loi m’a fait mourir et m’a obligé à me réfugier en Christ. Par conséquent, nous ne devrions pas, par conséquent, tourner nos yeux vers nous-mêmes mais les fixer vers Jésus, le chef et le consommateur de la foi, notre Seigneur Jésus-Christ ! Nous sommes de nouvelles créatures ! Il veut que nous vivions pour Lui et non pour nous-mêmes.

 

La résurrection du Christ et ses résultats éternels

Une seule personne a vaincu la mort… Cette personne est Jésus-Christ. Il est vivant et bientôt tout vrai croyant vivra avec Lui pour toujours ! La mort n’a plus le dernier mot. La défaite de Satan a été prévue dès l’aube de l’humanité ! Dans Genèse 3:15 il est écrit : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon ». Le plan de miséricorde et de grâce de Dieu a été conçu de toute éternité. Malgré les difficultés, l’hostilité de l’homme, le carnage tout au long des âges, l’apostasie etc., rien n’a pu arrêter Dieu dans l’accomplissement de Ses plans. La résurrection de Jésus-Christ n’était pas un événement aléatoire. C’était prédit par les prophètes (Ps.16:10 ; Ac.1:22) et par Jésus Lui-même ! (Mt.20:19 ; Mrc.9:9 ; 14:28 ; Jean 2:19-22). Ainsi, les paroles de l’Ancien Testament et de Jésus ont été accomplies (Luc 24:45, 46) et constituent la preuve que Jésus-Christ est le Fils de Dieu (Ps.2:7 ; Ac.13:33 ; Rom.1:4). La Bible nous indique qu’Il est apparu après sa résurrection à Marie de Magdala, à d’autres femmes, aux apôtres, à beaucoup d’autres croyants et même à Paul qui persécutait l’église du Christ ! En outre, la résurrection de notre Seigneur a été certifiée par des anges (Mt.28:5-7 ; Luc 24:4-7, 23), par les apôtres (Ac.1:22 ; 2:32 ; 3:15 ; 4:33) et même par Ses ennemis (Mt.28:11-15). Sa résurrection a été suivie de son exaltation (Ac.4:10, 11 ; Rom.8:34 ; Eph.1:20 ; Php.2:9, 10). De cette façon, beaucoup de preuves infaillibles en confirment l’authenticité ! Oui, « …Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! (Rom.8:34).

 

Si Christ n’avait pas été crucifié et n’avait pas été ressuscité des morts nos péchés ne pourraient pas être pardonnés (1Cor.15:17) et Dieu ne pourraient pas nous avoir justifiés (Rom.4:25 ; 8:34). L’œuvre du Christ sur la croix et Sa résurrection sont la base de notre espérance vivante quant à notre propre résurrection (1Cor.15:19 ; 1Pet.1:3). Ainsi, pouvons-nous prêcher la Bonne Nouvelle avec hardiesse et assurance. Nous ne devrions pas oublier qu’Il va revenir pour recevoir auprès de Lui-même ceux qui Lui appartiennent ! Nous ne devrions pas, également, oublier que l’œuvre du Christ a des résultats beaucoup plus prolongés et de plus grande envergure : « il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. » (Col.1:20).

 

Pâques célèbre la résurrection du Christ. Le message de Pâques est un message d’espoir et de victoire, parce qu’il nous rappelle que le Christ est ressuscité des morts le troisième jour après Sa crucifixion. Pâques symbolise l’amour de Dieu et l’assurance que l’âme de l’homme est immortelle. Il n’y a pas de Pâques sans Jésus ! Les incrédules considèrent la mort et la résurrection de Jésus comme une bêtise ; les croyants l’acceptent comme une vérité et reçoivent le salut par la grâce de Dieu : «Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui(Jean 3:36).

 

Les nouvelles qu’Il était vivant n’auraient pas dû avoir étonné les apôtres. A plusieurs reprises Il avait prédit sa crucifixion et Sa résurrection. En fait, à maintes reprises, Il leur a dit qu’Il irait à Jérusalem, qu’Il mourrait et ressusciterait. Jésus « …a été livré pour nos fautes et a été ressuscité pour notre justification » (Rom.4:25). Par Sa mort, la pénalité était payée pour nos péchés :

  • · « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous… » (Gal.3:13), et
  • · « Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2Cor.5:21).

Par Sa résurrection Il nous donne un espoir vivant et la preuve que Ses promesses sont vraies (1Pie.1:3-5). Sans Sauveur vivant, il n’y a aucun espoir : « et si Christ n’a pas été ressuscité, votre foi est vaine… » (1Cor.15:17). Il vit ! «…je suis le premier et le dernier, et le vivant; et j’ai été mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles…» (Apo.1:17-18). Si ce n’est pas une victoire, que peut-on appeler « victoire » ?

 

L’œuvre du Christ était le produit de Son amour pour nous

L’œuvre de notre salut était le produit du grand amour de Dieu pour nous : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3:16). Son Fils s’est dépouillé lui-même, des honneurs et des autorités dans les cieux (Php.2:6-11) afin de nous sauver. Nous étions perdus et nous ne savions pas ce que nous faisions. Jésus « … existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » (Php.2:6-11).

Nous pouvons, donc, comprendre l’amour insondable et inconditionnel de Dieu. Si la justice de Dieu avait été appliquée… nous aurions été consumés, mais Ses compassions ne se sont pas à leur terme (Lam.3:22). Faisons attention à une grande vérité: il n’est jamais dit que Dieu a été réconcilié avec l’homme mais que c’est l’homme qui a été réconcilié avec Dieu ! Dieu a toujours aimé l’homme et voulu être son ami. Il nous a pardonnés dans Sa miséricorde ; Il nous a sauvés par Sa grâce ; Il nous a régénérés par son Esprit Saint ; Il nous a donné la puissance contre le péché et nos passions ; Il a ajouté des dons spirituels dans notre vie ; Il nous a donné la nouveauté de vie et la vie éternelle ! A cause de Son amour « … il nous a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, … » (Rom.8:29). Pour l’instant, « … nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. » (1Jean 3:2). Et beaucoup plus : « … A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles! Amen! » (Apo.1:5).

 

Avons-nous mérité un traitement si compatissant ? Non, absolument pas ! Dieu a démontré son amour : « Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies………lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous……… Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie (Rom.5:6-10). C’est le message le plus agréable et encourageant pour tous ceux qui sont désespérés d’eux-mêmes. Romains 3:23-24 indique, « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » Ainsi, prenons courage, parce qu’« Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ… » (Rom.8:1).

Paul a ‘vendu’ tout, toutes ses prérogatives, pour ‘acheter’ cette “perle” précieuse qui était Jésus-Christ. Paul s’enorgueillissait de la croix du Christ parce que Christ avait souffert et s’était substitué à lui sur la croix ; parce qu’il avait été réconcilié avec Dieu ; parce qu’il avait été racheté de l’esclavage du péché ; parce qu’il pouvait mener une vie pieuse. Paul avait maintenant le pouvoir de résister au péché et de tenir ferme contre les ruses de Satan et de faire tout par Celui qui le fortifiait (Php.4:13). Satan a été vaincu et jugé et Paul a été transféré de l’autorité de Satan, de l’obscurité, à la lumière merveilleuse de Christ et sous la douce autorité de la grâce de Christ. Dieu dans Sa grâce avait écrit cette loi dans son cœur… (Héb.10:16 et 8:10). Il savait qu’il avait la vie éternelle parce que son nom état inscrit dans le Livre de l’Agneau et parce qu’il régnerait avec Lui, etc. ! Glorifions-nous dans toutes ces choses ?

 

Si nous pouvions obtenir la justification par la Loi de Moïse ou par nos bonnes œuvres, alors Christ aurait été crucifié en vain. Par la foi et la repentance j’ai été crucifié et mis à mort avec Jésus et maintenant je vis avec Christ et pour Christ. Le sacrifice sur la croix, le sang du Christ, est mon seulement espoir. Lorsque nous étions à notre plus mauvais état que Jésus a donné Sa vie pour nous sauver.

Conclusion : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts » (1Pie.1:3). Si ce n’est pas une victoire, quelle est alors une vraie victoire ? Sa victoire est également notre victoire ! Nous pouvons jouir de cette victoire dans notre vie personnelle SI NOUS CONSENTONS de marcher selon les instructions qui nous sont données dans Apo.12:11 : « Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. » Nous devons faire nôtre, par la foi, la victoire de Jésus à Golgotha de sorte que nous puissions vaincre. Notre grand ennemi a été défait. La croix est la seule arme contre Satan ! Nous ne devons jamais nous départir de notre position et de nos privilèges en Christ.

 

Réconciliation et ses conditions préalables

Le but de Dieu était, en premier, de nous réconcilier avec Lui-même et que nous ayons la paix avec Lui et en second lieu, nous réconcilier nous les humains, entre nous-mêmes ! C’est la signification de :

  • · Eph.2:16 : « et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié », et de
  • · Eph.4:1-3 : « Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. » !

 

Si Dieu n’a pas notre consentement, il ne peut pas réaliser Son but et Son travail en nous. Pour ceux qui sont perdus ou ont perdu leur orientation ou sont devenus des apostats, il est indispensable qu’ils se réfugient dans le sacrifice du Christ. Si jamais nous comprenons l’importance du sacrifice du Seigneur Jésus Christ sur la croix, nous ne pourrons pas nous éloigner de cette vérité ! La croix du Christ ne laisse aucune place pour notre orgueil personnel ou pour notre religion ou pour notre fierté dénominationnelle. Malheureusement, le Trompeur essaye de faire concentrer notre attention sur des choses qui, bien que Bibliques, sont d’importance secondaire et nous poussent à perdre de vue la vérité de la croix du Christ. La croix et notre arrogance ne peuvent pas coexister, pas plus que la lumière et l’obscurité. On ne peut pas dire qu’on est « plus saint » que son voisin : si je méritais une croix et vous méritiez une croix, quelle serait, donc, la différence entre nous deux ? S’il n’y a aucune différence, cela signifie que, en réalité, il n’y a aucun problème de supériorité entre toi et moi. La croix constitue, aussi, la solution à tous les problèmes raciaux ! Que le Seigneur nous donne un tel cœur et qu’Il nous aide à prendre la position d’humilité appropriée devant Dieu et les hommes ! En outre, le fait que nous avons été rachetés par le sacrifice du Christ signifie que nous n’appartenons plus à nous-mêmes : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » (1Cor.6:19-20). Nous concluons, donc, qu’il y a des conditions indispensables : la vérité, l’humilité et l’engagement.

 

Prédication de la mort et de la résurrection du Christ

L’apôtre Paul affirmait que Christ ne l’avait pas envoyé pour baptiser mais pour prêcher l’évangile, pas avec la sagesse du langage (c-à-d avec des réflexions humaines, idées ou spéculations), pour que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine (1Cor.1:17). Jésus a dit à Ses apôtres avant Sa mort et Sa résurrection, ce qui allait se passer… Les apôtres, quand ils ont compris la signification et l’importance de la mort et de la résurrection de Jésus, ils n’ont jamais changé le thème de leur prédication et enseignement. La crucifixion et la résurrection de Christ ne sont pas une théorie mais des faits historiques. Elles sont les points centraux de l’Evangile et elles sont mises en exergue dans les Epîtres des apôtres. C’est la raison pour laquelle « … Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous. » Et c’est pourquoi « …Et une grande grâce reposait sur eux tous… » (Ac.4:33). Notre Seigneur Jésus-Christ avait non seulement parlé au sujet de Sa résurrection mais s’était identifié avec la ‘résurrection’ elle-même : Jésus dit à Marthe, « … Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort » (Jean 11:25). Puisque la justice et l’amour de Dieu ont été manifestés sur la croix du Christ, nous, également, devons avoir la croix et la résurrection comme thème central de notre prédication, mais de manière appropriée : « … annoncer l’Evangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine. » L’éloquence ne devrait pas rendre la croix du Christ vaine. Pour les gens du monde c’est un paradoxe, j’aurais dit plutôt une “folie”, mais pour le chrétien toute la signification de sa “religion” et de sa vie est contenue dans la croix. La croix du Christ et Sa résurrection constituent le fondement solide pour sa joie et sa paix. Malheureusement, « … la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. » (1Cor.1:18). Jésus est devenu notre pont de réconciliation ! Quelqu’un a dit : « Nous ne sommes pas des diplomates, mais des prophètes ; et notre message n’est pas un compromis, mais un ultimatum. »

Si nous oublions ou négligeons de donner le message de la croix, nous risquons d’être conduit dans l’erreur et à la déformation de la vérité. Paul a déclaré aux croyants de Corinthe que Christ ne l’avait pas envoyé pour baptiser, mais pour prêcher l’évangile : pas dans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine (1Cor.1:17). Il savait, cependant, qu’à cause de la prédication de la croix, il souffrirait des persécutions (Gal.5:11). Il avait carrément refusé de faire une exposition de « belle figure » en chair en acceptant la circoncision pour ne pas souffrir des persécutions. Quand il est allé à Athènes, les Athéniens se sont raillé de lui (Ac.17:18, 32). Même lorsqu’il a été amené être jugé devant des rois, il parlait au sujet de la résurrection des morts, des justes et des injustes (Ac.24:15). Cela est aussi valable pour nous toutes les fois que nous parlons au sujet de la résurrection de Jésus aussi bien que pour notre future résurrection…

 

Ennemis de la croix

Paul pleurait lorsqu’il voyait certaines personnes marchant dans un chemin qui les avait rendus ennemis de la croix : « Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre. » (Php.3:18-19). Ennemis de la croix? Oui, ennemis de la croix car ils avaient pour dieu leur ventre, ils mettaient leur gloire dans ce qui faisait leur honte et ils ne pensaient qu’aux choses de la terre … (v.19). Les diverses religions, Islam, Bouddhisme, etc. sont, en réalité, ennemies de la croix ! Néanmoins, les pires ennemis de la croix sont ceux qui professent d’être chrétiens et qui ont peur et honte de prendre une position ouverte en faveur du Christ ; ceux qui donnent leur vote en faveur de Barabbas et livrent Christ pour être crucifié… ; ceux, qui pour des raisons politiques (pour pêcher des voix) ou pour un profit économique ou social, mettent sur pied d’égalité l’enseignement et la mission de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ (Tit.2:13) avec l’enseignement de Mohamed ou de Bouddha etc. ; ceux qui enlèvent la Bible des hôtels chrétiens afin de ne pas… offenser les clients Islamistes ; ceux qui empêchent la distribution du Nouveau Testament aux écoles secondaires, universités etc., etc. De même, ennemis de la croix sont les ouvriers de l’Évangile qui enlèvent de leur « évangile » la croix du Christ, le sang du Christ, les « droits » de Dieu sur leur propre vie et la vie des autres croyants ! Oui, ceux dont la religion n’est qu’un pur et simple rituel mélangé avec de fausses traditions ; ceux qui utilisent une partie seulement des paroles du Christ et évitent de parler de la repentance, de l’enfer et de condamner le péché ; et ceux qui mélangent la philosophie, la psychologie, la sociologie et qui donnent de la fausse sécurité et du réconfort par des choses flatteuses et des chimères (Esa.30:10) pour les faire sentir agréablement… car ils ont la démangeaison d’entendre des choses agréables (2Tim.4:3). Que le Seigneur nous prévienne de telles choses en temps utile avant qu’il ne soit trop tard. Paul savait très bien que toute doctrine qui n’a pas été fondée sur la croix de Jésus détournerait les gens du droit chemin. Combien il est triste, à nos jours, de voir que la croix de Jésus, Sa résurrection et le sang précieux de Jésus pour le pardon de nos péchés, en général, être si rarement prêchés!

 

Nous comprenons que les ennemis de la croix, dont Paul parlait, étaient des « chrétiens », ne rejetant pas les paroles de la croix du Christ mais vivant, d’une manière, qui prouvait qu’ils étaient ennemis de l’évangile pur, très probablement, par les manières suivantes : a) Par une vie immorale ; b) Par un cœur qui n’a jamais été vraiment régénéré par l’Esprit Saint ; et c) en vivant dans un état d’indulgence à l’égard d’un péché connu ! Paul pleurait au sujet d’eux ! Nous ?

Beaucoup de dommages sont faits à la vraie religion, à cause de tels chrétiens. De nos jours, certains sont accusés d’homosexualité ou d’immoralité, certains d’être avares, certains d’être dictateurs, certains se comportant comme des diplomates mondains sans sincérité, certains comme docteurs de doctrines fausses, certains comme faussant la Parole de Dieu pour la rendre « plus attrayante » ou pour ne pas être considérés comme des ‘fondamentalistes’ mais comme des hommes d’un « esprit ouvert », etc. En raison de telles personnes l’évangile de notre Seigneur et Sauveur est blasphémé !

 

Qui est le Victorieux et qui est l’ennemi défait ?

Le vainqueur est Christ et celui qui est défait est Satan. Cette victoire était non pour Lui-même mais pour nous… Pour toi et moi ! Pour toi et moi, de sorte que nos péchés puissent être effacés et que nous puissions avoir la vie éternelle. Jésus dit : « Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. » (Jean 12:32). Et ceci a été fait afin de nous rétablir à notre position précédente de gloire et d’honneur avant la chute de la race humaine dans le péché. Sa victoire est devenue notre victoire ! Le jour de résurrection nous attend… quand Dieu essuiera toute larme de nos yeux et que la mort ne sera plus, alors il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu (Apo.21:4). Notre Seigneur Jésus-Christ nous a rassurés du fait que le prince de ce monde, à savoir Satan, n’a rien eu en Lui (Jean 14:30) ; Pierre dit que le Seigneur Jésus-Christ « n’a point commis de péché » (1Pie.2:22) ; Paul dit qu’Il « n’a point connu le péché » (2Cor.5:21) ; et Jean dit que « il n’y a point en lui de péché » (1Jean 3:5). C’était alors, aux jours de Sa mort et de Sa résurrection, que le jugement de ce monde a eu lieu et c’était alors que le prince de ce monde a été jeté dehors (Jean 12:31). L’Esprit Saint a confirmé par l’apôtre Paul dans 2Th.2:8 que quand l’impie paraîtra, « … le Seigneur Jésus le détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il l’anéantira par l’éclat de son avènement. »

 

Jésus, afin de réaliser son but, a participé au sang et à la chair afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude (Héb.2:14-15). Et encore, nous sommes informés par les lèvres de l’apôtre Jean que celui qui pèche est du Diable, car le Diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable (1Jean 3:8). Encore, le même apôtre nous a informés prophétiquement que le Diable, qui a trompé des hommes, sera jeté dans l’étang de feu et de soufre ainsi que la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit pour toujours et à jamais (Apo.20:10). Si ce que notre Seigneur a réussi n’est pas une grande victoire, alors quelle est la victoire ?

 

Notre situation et Sa miséricorde et Sa grâce

La Bible indique : « Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures; et qu’il est apparu à Céphas, puis aux douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. » (1Cor.15:3-6).

Jésus a fait ce qu’il a fait pour nous tandis que nous étions sans force, impies, pécheurs, et même Ses ennemis. Oui, tandis que nous étions morts par nos offenses et par nos péchés, Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ, IL nous a ressuscités ensemble et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de Sa grâce par Sa bonté envers nous en Jésus-Christ. Car c’est par la grâce que nous sommes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de nous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie (Eph.2:1-9).

 

Esaïe le prophète a dit : « Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. » (Esa.53:4-6). En outre, quand Jésus était sur la croix Il a prié pour ses ennemis : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. » (Luc 23:34). Si Sa mort et Sa résurrection ainsi que Son esprit pardonnant ne constituent pas une victoire sans précédent, alors quelle est la vraie victoire ?

En outre, il y a une autre chose que nous ne devrions jamais oublier. Et c’est puisque « …nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » (Héb.4:14-16). Jésus a été tenté en toutes choses comme nous le sommes, sans pécher ; IL nous a pourtant donné, à nous les pauvres êtres humains, la possibilité d’approcher avec assurance du trône de la grâce « afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins ». Si ce n’est pas une victoire incomparable, alors quelle est la vraie victoire ?

 

Conséquences :

Pour Jésus et pour le monde entier

Les conséquences pour Jésus, notre Seigneur qui a obéi jusqu’au bout, Dieu L’a élevé et Lui a donné un nom au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes et terrestres et infernaux et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père (Php.2:9-11). Son royaume ne sera jamais détruit ; il broiera et détruira tous les royaumes, mais lui, il subsistera à toujours (Dan.2:44). Tous les peuples, nations, et langues Le serviront. Sa domination est une domination éternelle qui ne sera pas détruite (Dan.7:14).

Pour nous les croyants

Les conséquences pour nous seront au delà de toute imagination, si nous surmontons Satan par le sang de l’Agneau et par la parole de notre témoignage, et si nous n’aimons pas nos vies à jusqu’à craindre la mort (Apo.12:11). Oui, si notre repentance est véritable et notre foi sans hypocrisie, alors Dieu nous accordera le salut et la victoire. Christ peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par Lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur (Héb.7:25). Quand la Bible dit « parfaitement » elle veut dire « parfaitement ». Aucune condamnation, mais victoire sur le péché, victoire sur toutes nos faiblesses, victoire sur la chair et victoire sur le Malin !

Mais comment ce triomphe a-t-il été réalisé ? Par l’effusion du sang de Jésus ! Par Son sang dans lequel il n’y avait aucune trace de péché… Sa naissance miraculeuse et Sa résurrection, par conséquent, sont les deux piliers de notre foi chrétienne. Chaque vrai chrétien doit accepter par simple et sincère foi ces deux grands «miracles» afin d’être compté comme vrai croyant! Celui qui croit à la résurrection de Jésus et ne croit pas en Sa naissance de la Vierge Marie par l’intervention de l’Esprit Saint et vice-versa, il se trompe; il est fatalement dans l’erreur !!! C’est la raison pour laquelle la mort et Satan ne pourraient pas Le maintenir dans la tombe. «Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle.» (Act.2:24). Il a été injurié, Il a été meurtri, Il a été couvert de crachats, Il a été dédaigné mais Il n’a pas considéré toutes ces choses comme obstacle. Et IL sortit en vainqueur et pour vaincre (Apo.6:2). Et, étant trouvé en figure comme un homme, il s’est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix. (Php.2:8). Nous, alternativement, pouvons devenir des vainqueurs si nous faisons l’utilisation appropriée de Son sang, si nous employons correctement Sa Sainte Parole, si nous proclamons Sa Parole, et si nous L’imitons dans Sa décision de faire la volonté de Dieu, coûte que coûte… Il n’y a aucune autre manière pour que nous devenions des vainqueurs, à moins que nous apprenions à résister jusqu’au sang en combattant contre le péché (Héb.12:4). Ceux qui ont des oreilles qu’ils écoutent… Si égaré, reviens au premier amour afin de devenir vainqueur…

 

Dieu nous a fait beaucoup et des promesses merveilleuses. Une des promesses la plus précieuse et la plus importante est que, dès que nous serons justifiés par la foi nous aurons « la PAIX avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ (Rom.5:1). Ses promesses seront nôtres si nous ne nous relâchons point et que nous imitons ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses (Héb.6:12) et si nous ne vivons pas pour nous-mêmes mais pour Lui qui est mort pour nous et est ressuscité (2Cor.5:15), nous sera donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra nous nuire (Luc 10:19).

Rien, absolument rien, ne pourra nous séparer de l’amour du Christ ! Qui nous séparera de l’amour de Christ? Ni la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ! Dans toutes ces choses nous serons plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimés (Rom.8:35-37). Nous surmonterons le Malin (1Jean 2:13) parce que Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde (1Jean 4:4) mais également et principalement parce que nous croyons que Jésus est le fils de Dieu (1Jean 5:5). A celui qui vaincra, il sera revêtu ainsi de vêtements blancs et n’effacera point son nom du livre de vie. Jésus confessera son nom devant Son Père et devant Ses anges (Apo.3:5). Il fera de lui une colonne dans le temple de Son Dieu, et il n’en sortira plus. Dieu le fera asseoir avec Lui sur le trône de Jésus (Apo.3:21). Christ confirme : « Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils. » (Apo.21:7). C’est aussi une promesse et un gage de la résurrection de tous les vrais croyants (Rom.8:11; 1Cor.6:14; Php.3:21; 1Jean 3:2). Comme Il vit, ils vivront eux aussi.

 

Examinons-nous nous-mêmes

  • · Avons-nous reçu Christ comme notre Sauveur personnel et comme le Seigneur de notre vie ? Sommes-nous maintenant des enfants de Dieu ? «… tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, » (Jean 1:12)
  • · Sommes-nous délivrés de la domination du péché ? Il y a beaucoup de chrétiens qui croient sincèrement que tous leurs péchés ont été pardonnés mais ils ont peine à croire qu’ils ont été délivrés de la puissance ou de l’esclavage du péché dans leurs vies. Ils vivent l’expérience des chapitres 6 et 7 de Romains mais pas du chapitre 8 comme plus que vainqueurs. Dieu non seulement pardonne nos péchés mais Il nous purifie également et nous délivre de nos mauvaises habitudes et passions, qui sont devenues notre deuxième nature ! ! ! Dieu peut sauver à la perfection ! « Une vie avec des hauts et bas » n’est pas une vie chrétienne normale !
  • · Voulons-nous être vainqueurs ? Si oui, nous devons venir après LUI, renoncer à nous mêmes, prendre notre croix et LE SUIVRE (Marc 10:21). Sinon, nous ne serons pas dignes de LUI (Mat.10:38 ; Mat.16:24). N’oublions jamais ce que notre Seigneur a enseigné à ses auditeurs : « Puis il dit à tous: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive……… Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. » (Luc 9:23, 14:27). Avons-nous donné notre tout à Christ, qui a donné son tout pour nous ? Christ a fait tout pour nous. Maintenant tout dépend de nous. Vivons-nous dans une repentance infaillible et spontanée et proclamons-nous la repentance (Lu.24:47) ?
  • · Avons-nous reçu l’onction de l’Esprit ? L’Esprit Saint interprète la Parole de Dieu et nous donne Son onction de sorte de ne pas avoir besoin qu’on nous enseigne ; (1Jean 2:27). Lui donne de la puissance contre le péché et nous conduit dans la bonne voie ; Il accorde des dons pour nous rendre capables pour le service. Cependant, nous ne devrions jamais oublier que Dieu donne l’Esprit Saint et remplit le cœur de ceux qui Lui obéissent (Ac.5:32). Dieu répand son Esprit sur l’homme et lui fait connaître Ses Paroles quand l’homme est attentif à Ses reproches (Pr.1:23), c’est-à-dire, quand il accepte et obéit à ses réprimandes. Le Saint Esprit les conduit dans toute la vérité – CEUX QUI AIMENT LA VERITE – (2Thes.2:10-12), intercède en leur faveur, les console et les aide quand ils traversent des moments difficiles dans leur vie.
  • · Si nous sommes faibles et trébuchants, ayons les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi (Héb.12:2). Ne soyons pas découragés à cause des adversités de la vie ; Dieu est fidèle et ne nous permettra pas que nous soyons tentés au delà de vos forces mais avec la tentation Il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que nous puissions la supporter (1Cor.10:13). Ne soyons pas découragés quand Satan essaye de nous cribler comme le froment. Notre Seigneur a prié pour nous et Sa prière est toujours valable afin que notre foi ne défaille point (Luc 22:31-32). Soumettons-nous donc à Dieu ; résistons au diable, et il fuira loin de nous (Jaq. 4:7).
  • · Avons-nous compris que la seule manière de faire face à nos problèmes et afflictions est de confier nos voies au SEIGNEUR, recommander notre sort à l’Eternel, mettre en Lui notre confiance afin que Lui puisse agir ? (Ps.37:5). Prions Dieu qu’Il nous fasse sages en ce qui concerne le bien et purs en ce qui concerne le mal et le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous nos pieds (Rom16:19-20). Alors nous verrons la victoire de Jésus et nous vivrons et apprécierons les privilèges et la puissance de la croix et de la résurrection du Christ ! Alors nous serons en mesure de répéter avec Paul : « Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! » (Gal.6:14). Enfin, n’oublions pas que « … il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. » (2Cor.5:10).

La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec nous tous. Amen.

 

Jean BALTATZIS

baltatzis@skynet.be

 

ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ