L’UNITÉ DES CHRÉTIENS, SCANDALES ET RECONCILIATION

«…vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix.» (Eph.4:1-3)

 

Pendant ma longue marche spirituelle, j’ai vu des séparations complètement injustifiées ainsi que des bagarres pour des choses complètement insignifiantes. J’ai connu des cas où certaines personnes qui, dans leur souci de mettre de l’ordre, ont créé du désordre et commis des offenses. J’ai vu des personnes qui, dans leur effort d’imposer leur volonté ou leurs propres idées ou plans ou traditions ou la constitution de leur église etc., n’ont créé que des conflits et des divisions. Pourtant, la Bible et l’expérience nous enseignent et nous montrent l’importance et l’utilité de l’unité.

LA NATURE DE L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

Si l’on examine attentivement la Bible, on peut aisément arriver à la conclusion que l’unité des chrétiens se réfère à l’unité de leur esprit et de leurs cœurs. Elle ne se réfère pas à l’unification de leurs églises et de leurs dénominations respectives. Ce serait plus que souhaitable d’être tous unis sous une seule bannière dénominationnelle, fidèle à l’enseignement de la Bible. Mais, ce voeu sacré n’est pas pour maintenant mais pour le jour où Jésus-Christ reviendra et établira son royaume et quand Ses véritables enfants, qui ont été lavés par le sang précieux de Jésus-Christ, Le verront face à face et connaîtront la vérité les concernant dans sa totalité. En effet, la Bible enseigne que la divergence d’opinions est permise mais que les querelles et les divisions ne le sont pas. Voici la preuve biblique: «Nous tous donc qui sommes des hommes faits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus.» (Php.3:15). Le seul cas où la parole de Dieu n’exclut pas les divisions c’est pour «…que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de vous» (1Cor.11:18-19).

Ni vous ni moi connaissons la vérité absolue. Dieu seul connaît d’une manière absolue ce qui est correct, juste et bon. L’existence d’une divergence d’opinion signifie que soit l’un des deux a tort, ou que tous les deux ont tort, ou même que tous les deux ont raison mais qu’ils voient les choses d’une manière différente ou qu’ils ne donnent pas le même sens ou la même importance aux mêmes termes. TC \l2 ”

Il y avait une fois, trois aveugles de naissance qui voulaient comprendre à quoi ressemble un éléphant! Le premier aveugle, après avoir touché le pied de l’animal, s’exclama en ces termes: «il ressemble à un poteau». Le deuxième, qui avait touché ses côtés, le compara à un mur. Enfin, le troisième avait touché sa trompe. Pour ce dernier, l’éléphant ressemble à un gros tuyau! Tous les trois n’avaient vu qu’un côté de la vérité. Tous les trois étaient prêts à ‘se battre’ pour «leur» vérité partielle mais qui ne correspondait point à la vérité globale…

Mon épouse et moi n’avons toujours pas été d’accord pendant les cinquante et plus d’années de vie conjugale, mais cela ne nous a conduits ni à la haine mutuelle ni au divorce… Chaque cas de divergence d’opinion entre nous offre une alternative unique: j’attends que je comprenne quelque chose de sa position ou qu’elle comprenne mon point de vue. Il y a eu des fois où Dieu m’a poussé, en tant que chef de famille, à agir seul sans consulter personne à propos de sujets d’une extrême importance. Dieu a promis de nous conduire dans toute la vérité… (Jean 16:13). Et Il est fidèle! Cependant, il importe de le souligner, que cette attitude ne peut être tenue que si nous sommes inspirés par un esprit d’humilité, de compréhension et de condescendance, sachant que les pensées et les voies de Dieu sont très profondes, insondables et différentes des nôtres (Esa.55:8-9). Mais…

“POURQUOI CETTE UNITÉ?

L’unité est la base du succès spirituel ou non spirituel, car “c’est l’union qui fait la force.” Que les chrétiens le croient ou pas, ils forment un seul corps en Christ et ils sont tous membres les uns des autres (Rom.12:5). Il est donc nécessaire de travailler ensemble et y persévérer, en coordination comme il en est de même pour les membres du corps humain. L’unité est indispensable lors des moments difficiles et des moments de faiblesse: quand l’un tombe l’autre peut le secourir ou le relever (Ec.4:9-12); quand l’un est fatigué, découragé et accablé, l’autre peut lui subvenir (Ex.17:12). L’unité est aussi indispensable pour donner plus de puissance à la prière: «Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.» (Mat.18:19-20). L’unité est nécessaire pour glorifier le Seigneur, car les querelles et les divisions provoquent la honte.

Conclusion: Quand il y a de l’unité, il y a de la coopération, de l’harmonie, de la joie, de la communion fraternelle, de la solidarité, du progrès et de la puissance. Il y a tout un arsenal de bénédictions spirituelles qui impliquent l’édification des croyants et le salut des incroyants. Quand il y a une véritable unité spirituelle, cela signifie que la crainte de Dieu, la repentance, l’obéissance et la foi fonctionnent bienALORS, il y a une vie épanouie par la prière et par la communion intime avec Dieu. Au contraire, quand il n’ y a pas d’unité, tout s’écroule! L’unité peut être comparée à la santé de notre corps. Quand nous perdons la santé, nous comprenons alors combien elle était et elle est précieuse!

LA DIVERGENCE D’OPINION A DES LIMITES…

Le niveau spirituel de chacun de nous diffère. Il est donc normal que nous voyions les choses différemment. La divergence d’opinion n’est donc pas un péché. Le verset que nous étudions contient une phrase très significative sur les avis: «…et SI vous êtes en quelque point D’UN AUTRE AVIS, Dieu vous éclairera là-dessus.» Cette phrase signifie trois choses:

  • · il est souhaitable que les chrétiens soient du même avis, mais il est possible et permis qu’ils ne partagent pas le même avis sur quelque point;
  • · cette divergence d’opinion se réfère à quelque point, c’est-à-dire à un point de moindre importance et non pas à des principes fondamentaux; et
  • · Dieu a assumé la responsabilité – si nous Lui appartenons – de nous éclairer et de nous conduire dans toute la vérité…

A ce point, j’aimerais ouvrir une parenthèse de caractère général: l’homme de Dieu doit être équipé d’un esprit ouvert, aimable et tolérant envers des personnes d’autres religions et dénominations. Cela ne signifie pas qu’il faut, nécessairement, qu’il y ait unité de l’esprit. L’unité et la liberté de l’esprit sont, dans le contexte de la volonté de Dieu, des bénédictions précieuses que Dieu nous a données. J’ai pourtant des doutes sérieux au sujet de la véritable unité spirituelle parmi les dénominations chrétiennes OFFICIELLES et, à BEAUCOUP PLUS FORTE RAISON, au sujet des mouvements oecuméniques, des dialogues spirituels et des prières communes avec d’autres religions telles que le Bouddhisme, l’Hindouisme, l’Islam etc., etc., etc. Une telle véritable unité spirituelle ne peut pas exister. Ceux qui essaient d’atteindre une telle unité essaient en vain et commettent même un péché! Voici, en revanche, ce à quoi Dieu nous appelle: «Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.» (Mat.5:44-45). Et si Dieu nous appelle à avoir un tel amour même pour nos ennemis, nous devrons, à beaucoup plus forte raison, témoigner de l’amour aux gens de bonne volonté et de bonne foi qui appartiennent à d’autres dénominations et religions. Νe pas se disputer, ne pas se détester et/ou ne pas s’entretuer est bien une toute autre chose que d’avoir une véritable unité spirituelle. Il suffit de se rappeler ce que l’apôtre Paul a écrit: «Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant.» (2Cor.6 : 14-18). Pas besoin d’autre argument…

De toute façon, nous devrions, j’en conviens, rechercher, avec toutes les personnes, les choses qui nous unissent et non pas celles qui nous séparent, de sorte que nous puissions vivre, dans la mesure du possible, en paix et combattre ensemble pour la paix et, en général, pour la volonté de Dieu… J’aime et je veux aimer toutes les personnes et vivre dans la paix avec elles, indépendamment de leur religion et dénomination. Ceci ne signifie pas que je puisse jouir d’une véritable unité spirituelle. Je dois admettre avec une profonde tristesse que cette unité spirituelle ne peut pas exister avec les personnes qui recourent à la médiation de Marie, la mère bénie de Jésus ou à celle des saints morts pour être sauvées ou bénéficier d’une grâce, d’une protection ou d’une bénédiction – comme s’ils étaient omniprésents ou préposés à cette noble mission – alors que le seul Médiateur entre Dieu et les hommes est Jésus-Christ (1Tim.2:5). Je ne peux pas avoir de véritable unité spirituelle avec des personnes qui prosternent et/ou adorent des icônes et les os secs des saints morts. Non plus avec des personnes qui croient que Jésus-Christ est l’Archange Michel et le Saint-Esprit une simple puissance impersonnelle!

Et si cela vaut pour certaines dénominations chrétiennes, cela est aussi valable, à beaucoup plus forte raison, pour d’autres religions telles que l’Islam, l’Hindouisme, le Bouddhisme, etc. En d’autres termes, nous ne pouvons avoir aucune véritable unité spirituelle, devant Dieu, avec les diverses religions et traditions chrétiennes qui ont été créées par l’arrogante obstination humaine…

Clôturant cette parenthèse, je considère nécessaire de déclarer solennellement que la prière de Jésus-Christ, notre Seigneur, au sujet de l’unité des croyants (Jean ch.17) n’était pas vaine… Elle a été exaucée par Dieu, son Père. Oui, elle n’était en vain! Indépendamment de leur dénomination, les véritables chrétiens – ceux qui sont des croyants régénérés et dont les péchés sont lavés par le sang du Seigneur Jésus-Christ, qui sont vraiment consacrés à Dieu (Rom.12:1-2), qui ont comme règle de vie la Parole de Dieu et non pas les traditions humaines non bibliques – n’ont pas besoin d’essayer d’obtenir l’unité avec d’autres croyants parce qu’ils sont déjà unis!!! C’est comme un morceau de fer et un aimant! S’ils se rencontrent quelque part, ils s’identifient immédiatement et commencent à jouir de la communion fraternelle! Quand le chrétien « A » est vraiment uni à Christ et le chrétien « B » est également uni à Christ, ils sont spontanément unis entre eux!

LA SOURCE DE DIVISIONS

Les chrétiens ont, normalement, la même identité idéologique, celle de croire en la Parole de Dieu et ils ont comme but commun, celui de vivre une vie sainte, agréable à Dieu, et de gagner des âmes perdues à Christ. De plus, ils cherchent à vivre dans la communion spirituelle avec Dieu et entre eux. D’autre part, la volonté de Dieu pour ses enfants est qu’ils parviennent «…à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ.» (Eph.4:13). Par conséquent, l’égoïsme, l’arrogance, l’ignorance, les fausses doctrines et traditions, ainsi que l’esprit «impérialiste» qui pousse certains à s’imposer sur les autres, conduisent les hommes à la surdité et à l’aveuglement spirituels qui aboutissent à la distorsion de la vérité et à des divisions. C’est le Diable qui crée ce brouillage et cet aveuglement pour que la lumière resplendissante de l’évangile ne puisse pas pénétrer l’esprit de tous ceux qui sont désobéissants aux injonctions de l’Esprit Saint. Quand la divergence d’opinion est due à un esprit téméraire, à un esprit plein de hardiesse irréfléchie et d’imprudence, cet esprit conduit à des bêtises, à des actes de fanatisme, aux divisions et aux catastrophes qui ne sont que le produit d’un esprit charnel. «Les lèvres de l’insensé se mêlent aux querelles, et sa bouche provoque les coups.» (Pr.18:6). Dieu nous appelle à ne jamais nous battre pour des raisons égoïstes (2Tim.2:24-25) ou pour nos idées propres, mais à nous efforcer, bien au contraire, à préserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix et de l’amour.

Dieu nous demande aussi d’éviter systématiquement les querelles dues à la haine, à un manque de patience, à l’esprit querelleur (Pr.26:21) et à la colère (Pr.29:22). L’homme violent excite des querelles (Pr.15:18). Celles-ci sont consécutives aux disputes de mots (1Ti.6:4) et à l’orgueil parce que “C’est seulement par orgueil qu’on excite des querelles, mais la sagesse est avec ceux qui écoutent les conseils.” (Pr.13:10) et que « …Celui qui élève sa porte cherche la ruine» (Pr.17:19). Au contraire, c’est un acte d’honneur de s’abstenir des querelles (Pr.20:3) et ne rien faire par partialité ou par vaine gloire (Php.2:3). L’homme de Dieu doit être humble et prêt à enseigner et à être enseigné avec patience (2Ti.2:24)… et à poursuivre la voie de l’amour de Dieu qui couvre toutes les fautes (Pr.10:12). Malheureusement, l’amour humain n’excuse pas tout, il ne croit pas tout, il n’espère pas tout, il ne supporte pas tout. Le véritable amour, au contraire, donne, pardonne et prie… ! (1Cor.13:1-13)

SCANDALES

Combien d’efforts sont consentis pour gagner quelqu’un à Christ, d’en faire un chrétien mûr et le garder au sein de l’adversité! Et après tous ces efforts les voir quitter l’église, aller d’une église à une autre ou créer des divisions et de nouvelles églises à cause des scandales provoqués soit par des dirigeants soit par des membres de l’église spirituellement charnels! Pas d’églises soeurs mais des églises ennemies! Si l’apôtre Paul était parmi nous, il aurait sans doute ressenti ce qu’il avait ressenti quand il voyait des problèmes similaires parmi ses frères contemporains: “Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber (offensé, scandalisé), que je ne brûle?» (2Co.11:29). Est-ce que nos dirigeants spirituels et nous tous vivons dans un tel esprit? Un verset révélateur en la matière est celui que nous trouvons dans 1Jean 2:10-11: «Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute (de scandale) n’est en lui…». Par conséquent, celui qui aime n’a aucune occasion de chute en lui! Dieu qui nous aime inconditionnellement n’est jamais scandalisé de nous! Bien au contraire, Il nous comprend, Il nous tolère, Il veut nous aider à nous rétablir, soit par des exhortations soit par des épreuves qui peuvent réveiller et sensibiliser notre conscience! Malheur à nous si Dieu se scandalisait de notre comportement…

Etre scandalisé et quitter l’église! Pour quelle raison? Pour des raisons personnelles? Comment pourrons-nous nous justifier ou nous excuser auprès des «nouveau-nés chrétiens», auprès de nos frères qui aiment et prient fidèlement pour nous ou même encore auprès de nos propres enfants? Ils nous poseront la question: «Puisque vous disiez qu’être chrétien est une chose merveilleuse, incomparable, pourquoi avez vous abandonné? A cause du comportement de quelqu’un ou de quelques-uns? Etiez-vous consacrés aux frères et à l’église ou étiez-vous consacrés au Seigneur Jésus-Christ? Votre séparation a fait du tort aux frères et au nom du Seigneur Jésus

En agissant sous l’empire de la colère ou d’indignation contre quelqu’un qui a commis une injustice ou un péché, il s’avère parfois que nous péchons nous-mêmes en voulant mettre de l’ordre (Gal.6:1). Parfois, nous arrivons au point de nous venger nous-mêmes. Nous parlons contre nos frères en les diffamant soit secrètement soit ouvertement ou même publiquement (Ps.50:20). Ne faut-il pas résister à cette tendance? Ne serait-il pas avantageux pour nous d’être injustement traités plutôt que de commettre une injustice? (Mat.5:29 et 1Cor.6:7). Il faut parfois reconnaître humblement et se repentir d’avoir accusé ou suspecté quelqu’un injustement…

Quand nous ne sommes pas d’accord avec les responsables de l’église car les choses ne se passent pas selon nos propres désirs et convictions, ou que nous sommes devant une quelconque opposition, nous sommes tentés de quitter l’église et d’en chercher une autre… Nous nous laissons emporter par nos sentiments et non par la notion du devoir! Malheureusement, quand de tels problèmes sont créés parmi les frères, il se réalise ce qui est écrit dans la Bible: «Des frères sont plus intraitables qu’une ville forte, et leurs querelles sont comme les verrous d’un palais.» (Pr.18:19). Est-ce que le Seigneur peut nous bénir si nous n’insistons pas et ne combattons pas fidèlement et loyalement pour la vérité de Dieu?

Face à une situation chaotique, nous avons tendance à porter des jugements! Mais n’oublions pas que ces jugements peuvent devenir, pour nos frères, des pierres d’achoppement ou des occasions de chute (Rom.14:13). Notre bonne volonté, notre bonne foi, notre sincérité, voire notre complète innocence ne nous protègent pas de la création de scandales (Rom.14:20). Notre liberté d’agir de la manière qui nous plaise peut créer de tels scandales dans la vie des autres (Rom.14:21; 1Cor.8:13). Alors, nous risquons d’entendre, de la bouche du Seigneur, la parole suivante: «Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer.» (Mat.18:6).

Bien sûr, nous ne pouvons pas toujours éviter les scandales. Il est même, parfois, nécessaire que des scandales arrivent afin que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de nous (1Cor.11:19); mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive! (Mat.18:7). En effet, pour nous prévenir, le Seigneur nous parle d’une manière extrêmement rigoureuse: «Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute mieux vaut pour toi entrer dans la vie boiteux ou manchot, que d’avoir deux pieds ou deux mains et d’être jeté dans le feu éternel…» (Mat.18:8-9; Jean 16:1). Mieux vaut pour toi de subir une injustice que de commettre une injustice devant le Seigneur! Un scandale se limite très rarement aux deux ou trois personnes concernées. Il implique et contamine beaucoup d’autres personnes qui… se dispersent! Résultat: le Nom du Seigneur sera blasphémé (Mat.26:31). Malheureusement, personne n’est à l’abri d’une telle “contamination” ou “pollution”. Que Dieu nous garde! (Mat.26:33). Etre scandalisé pour n’importe quelle raison personnelle est une mauvaise chose, mais c’est, bien sûr, beaucoup plus grave que nous soyons scandalisés vis-à-vis du Seigneur (Luc 6:61; 7:23) qui permet de tels scandales. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute, a déclaré Jésus! (Mat.11:2-6 et Luc 7:23).

Les buts spirituels des Eglises, des associations et organisations chrétiennes, etc., restent mais les personnes changent ou les abandonnent! Ce ne sont pas les Eglises qui sont en cause mais certains de leurs responsables ou de leurs membres! La Parole de Dieu nous donne de très sérieux avertissements concernant ceux qui vivent dans le désordre (1Thes.5:14; 2Thes.3:6), ceux qui causent des divisions et des scandales (Rom.16:17) et notamment ceux qui, se nommant frères, sont impudiques, ou cupides, ou idolâtres ou outrageux, ou ivrognes, ou ravisseurs… (1Co.5:11)

Craignons donc Dieu. Faisons notre devoir et ne soyons pas découragés! Faisons notre devoir non selon notre propre mentalité mais suivant la Parole de Dieu! En clôturant cette parenthèse qui nous concerne tous, mais surtout les responsables des églises, je voudrais citer deux versets Bibliques:

  • · “et l’athlète n’est pas couronné, s’il n’a combattu suivant les règles.” (2Ti.2:5);
  • · “te montrant toi-même à tous égards un modèle de bonnes oeuvres, et donnant un enseignement pur, digne, une parole saine, irréprochable, afin que l’adversaire soit confus, n’ayant aucun mal à dire de nous.” (Tit.2:7-8)

CE QUE DIEU DÉCLARE, COMMANDE ET NOUS PROMET

Il est écrit:

  • · «Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.» (1Cor.1:10)
  • · «Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.» (2Cor.13:11)
  • · Dieu nous demande de nous accueillir les uns les autres comme Christ nous a accueillis pour la gloire de Dieu et de nous pardonner réciproquement comme Christ nous a pardonnés. En outre, Il nous exhorte, par dessus toute chose, à nous revêtir de l’amour qui est le lien de la perfection et d’oublier nos différends (Col.3:13-14; Rom.15:7). En d’autres termes, Dieu nous invite à faire preuve de beaucoup de compréhension, de patience, de douceur et de gentillesse envers les faibles; et
  • · La meilleure méthode pour arriver à l’unité est de nous humilier devant le Seigneur et devant Sa vérité! Alors LUI, Il nous illuminera et nous unira (Jér.3:18; 50:4 et Osée 1:11). Celui qui accepte humblement la vérité dite par quelqu’un, même par son adversaire, ne s’humilie pas vis-à-vis de son adversaire mais de la Vérité, c à d de Christ lui-même qui est la VÉRITÉ, et qui ne méprise personne. (Jaq.4:10)

N’oublions pas que Jésus est notre Paix. Il nous a unis et a renversé tout mur de séparation entre nous (Eph.2:14). Cela signifie que tout ce qui nous séparait et qui nous sépare a été détruit par la croix de Jésus!!! Il faut donc rechercher les POINTS QUI NOUS UNISSENT et non pas les choses qui nous séparent… lesquelles, selon la Bible, ONT ÉTÉ DÉTRUITES. Christ a dépouillé les dominations et les autorités et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix!!! (1Jean 3:8 et Héb.2:14-15; Col.2:15). Toutes les sources et raisons de séparation entre croyants sont du diable qui a été vaincu. Croyons en la victoire, poursuivons-la avec patience et persévérance et nous la remporterons. Les vrais enfants de Dieu sont DÉJÀ unis. La prière du Seigneur Jésus-Christ (Jean ch.17) a prévalu et elle est toujours valable. Ceux dans les coeurs desquels la crainte de Dieu habite, essaient diligemment de trouver les choses qui les unissent et non pas celles qui les séparent.

QUAND L’UNITÉ NE PEUT PAS EXISTER

L’unité ne peut pas exister sans patience, sans dialogue, sans compréhension. Elle ne peut pas non plus exister sur base de compromis douteux et avec n’importe qui. Si les conditions précitées ne sont pas remplies, l’unité finit par exploser, tôt ou tard, car l’unité et la paix ne peuvent pas être préservées aux dépens de la pureté de la conscience et de la vérité. Cela veut dire qu’on ne peut pas maintenir l’unité et la paix en dehors de la vérité, de la justice et de la liberté spirituelle. Il ne peut y avoir unité quand on interdit la manifestation des dons spirituels et quand les prophètes, les véritables hommes de Dieu, sont mis à l’écart (1Cor.14:3; 1Pie.4:10-11). De même, l’unité ne peut pas exister quand il y a un esprit de soupçon, d’amertume et de critique. L’unité ne peut pas exister si, à cause d’une faute ou d’un péché, nous rejetons quelqu’un définitivement et le rayons de la liste des frères. L’unité ne peut pas exister sans l’amour qui produit la patience et la compréhension et surtout la douceur et l’humilité.

L’unité ne peut pas exister si quelqu’un défend ses propres idées et convictions plus que la vérité Biblique; elle ne peut pas exister si quelqu’un défend la constitution et les traditions de son Eglise plus que la Parole infaillible de Dieu; l’unité ne peut pas exister si quelqu’un obéit à son pasteur ou prêtre plutôt qu’à la volonté de Dieu; elle ne peut pas exister si quelqu’un aime les dons de l’Esprit plutôt que le fruit de l’Esprit; elle ne peut pas exister si quelqu’un veut posséder l’Esprit Saint plutôt que d’être possédé par l’Esprit Saint et, finalement, si le croyant n’est pas conscient que personne n’est assuré contre le péché, les erreurs et les conséquences de celles-ci, à moins d’être complètement attaché au Chef – c’est à dire au Christ.

Comment peut-on avoir et garder l’unité de l’esprit quand l’un se prépare pour la paix et l’autre pour la guerre (Ps.120:7; 140:2) ou avec quelqu’un qui marche selon ses propres convoitises et paresse et qui se défile au lieu d’aider ses frères? Jésus est venu pour faire la séparation dans des cas pareils… «Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus?» (Am.3:3 et Phil.1:27). Peuvent-ils avoir de la force étant divisés? Peuvent-ils apporter gloire au nom de Jésus-Christ étant divisés et dispersés?

QUAND L’UNITÉ PEUT EXISTER

Examinons maintenant sous quelles conditions l’unité peut exister: l’unité peut exister quand il y a un esprit de bonne foi et de bonne volonté. Elle peut alors se développer de plus en plus au point d’arriver à une parfaite conciliation. Le coeur contrit unit les croyants en ce qui concerne le but et les moyens (Jér.3:18; 50:4; Osée 1:11). Quand nous sommes vraiment unis, le monde peut voir en nous les vertus de notre Seigneur Jésus-Christ. Ce sont les liens d’amour, de fraternité et de solidarité qui parlent aux incroyants plus que tous nos enseignements et nos paroles et qui peuvent les aider à trouver le chemin qui conduit à Dieu. Si les chrétiens veulent la paix et l’unité, ils doivent fournir un effort pour s’expliquer et se réconcilier pour trouver la communion dans la justice et l’amour, autrement leurs prières ne peuvent pas être exaucées (Mat.5:23-26; 1Jean 3:20-22). Il est écrit: «Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit…» (Eph.4:1-5). Si mon frère est parfait, pourquoi le supporter? Moi, suis-je parfait? N’ai-je pas aussi besoin qu’on me supporte?

Par conséquent, la condition primordiale est d’aimer la vérité par-dessus toute autre chose et de marcher dans la lumière. Si nous marchons dans la lumière, dans la transparence, alors nous pouvons avoir une communion avec Dieu et avec autrui. Il en résulte la paix et l’unité. Dieu donne Son Esprit uniquement à ceux qui Lui obéissent. (Ac.5:32). Pouvons-nous atteindre ce but sans aimer notre Seigneur de tout notre cœur? Je répète: Dieu donne son Esprit Saint seulement à ceux qui Lui obéissent, à ceux qui obéissent à Ses commandements.

J’intercale la question: Ceux qui adressent leurs prières directement à l’Esprit Saint afin d’obtenir Ses bénédictions, prient-ils correctement? La Bible n’enseigne-t-elle pas que nos prières devraient être adressées à Dieu le Père au nom de Jésus-Christ? C’est le Père qui donne l’Esprit Saint à ceux qui Lui obéissent! Oui, à ceux qui Lui obéissent, non pas sur la base des œuvres de la Loi de l’Ancien Testament mais sur la base des ŒUVRES du Nouveau Testament, qui ne sont que la repentance et la foi: «… Repentez-vous, et croyez à l’évangile» (Marc 1:15).

RECONCILIATION

La réconciliation ne peut pas avoir lieu quand l’orgueil domine. Seul un dialogue de bonne volonté et de bonne foisur la base de la Bible – pourrait nous amener à détruire l’inimitié et à sauver la paix. Ce principe est valable dans tous les domaines de la vie: le mariage, la famille, la politique et l’église. Dans certains cas, les dirigeants de l’église enlèvent directement ou indirectement aux croyants la possibilité de participation aux activités spirituelles et/ou administratives de l’église, interdisent le dialogue ou encore ils appliquent des méthodes qui transgressent manifestement certains commandements de Dieu. Une telle attitude crée, peu à peu, une atmosphère explosive susceptible de conduire soit à la création d’un simple vide entre les dirigeants et les membres, soit, finalement, à une division pure et simple avec des répercussions désastreuses. La restauration de la paix, de la joie et de l’harmonie passe par la résolution du conflit. Tout en respectant les autorités et la hiérarchie ainsi que le principe Biblique de dire et vivre la vérité dans l’amour, le dialogue doit se faire sur un pied d’égalité entre les personnes en conflit soit au sein de la famille soit au sein de l’église. Le dialogue ne peut aboutir à la restauration des rapports que quand prévaut l’esprit d’obéissance au COMMANDEMENT de Jésus. «Si donc tu présentes ton offrande à l’autel (ta prière ou ton offrande pécuniaire etc.), et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison (spirituelle). Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant.» (Mt.5:23-26). Va et dis-lui en toute sincérité et bonté «aide-moi à comprendre», s’il te plaît. Mais n’oublions pas que la réconciliation peut être facilitée si nous sommes rapides et sincères à nous repentir, à pardonner et à aller vers notre prochain afin de faire un effort de réconciliation. Attention! Il est écrit: «car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie.» (Jean 5:4). Paraboliquement, quand il y a une «agitation de l’eau», celui qui «descend», celui qui s’humilie en premier, c’est lui qui sera «guéri»…!!! Si notre effort réussit, nous n’aurons pas seulement gagné notre frère, mais nous aurons aussi éliminé la source de pollution morale et spirituelle susceptible d’ «infecter» notre ambiance et nous-mêmes.

EXHORTATION

En guise de conclusion, je voudrais dire que la véritable unité SPIRITUELLE ne peut pas exister si les personnes ne sont pas des enfants de Dieu et si ces enfants de Dieu ne sont pas de tout leur coeur attachés au Seigneur. L’unité est le produit des vertus de l’Esprit Saint en nous. Si je m’attache au Seigneur de tout cœur je deviens un même esprit avec Lui. Si vous vous attachez au Seigneur de tout cœur vous devenez un même esprit avec Lui. Si nous tous nous sommes attachés à Lui nous sommes un même esprit avec Lui et entre nous. Alors, l’unité sera spontanée et produira ses résultats. SI les vrais croyants vivent en demeurant fermes dans un même esprit, combattant d’une même âme pour la foi de l’Evangile, ayant de la compassion les uns pour les autres (Ac.4:32; Php.1:27 et 1Pet.3:8), persévérant d’un commun accord dans la prière (Ac.1:14), étant d’un même coeur et d’une même âme, ALORS ils verront la main de Dieu opérant des miracles!!!

SI NOUS NE FAISONS PAS ATTENTION AUX AVERTISSEMENTS DE DIEU, NOUS MOISSONNERONS LES CONSEQUENCES DE NOTRE DESOBEISSANCE MAINTENANT ET DANS L’ETERNITE!

 

Jean Baltatzis

baltatzis@skynet.be

ΔΙΑΔΩΣΤΕ ΤΟ ΑΡΘΡΟ ΣΕ ΦΙΛΟΥΣ ΣΑΣ